A la recherche de l’abris dans les jours suivant le cyclone Enawo à Madagascar

10 mai 2017

Le cyclone ENAWO a atteint la région nord-est de Madagascar le 7 mars 2017 au moment de son intensité maximal. Les vents violents du cyclone ont causé la destruction massive des maisons, des cultures et des infrastructures majeures. Plus de 400 000 personnes ont été touchées par le cyclone, dont 236 456 dans le district d'Antalaha au nord–est du pays ; la majorité des maisons endommagées se trouvaient également à Antalaha.

Dans les jours et les semaines suivant le cyclone, CARE a fourni des bâches en plastiques et des fixations pour aider les familles à se protéger contre la pluie, le vent et le soleil.

L'équipe de CARE s'engage à répondre à des besoins humanitaires au nord-est de Madagascar suivant ENAWO et dans les semaines et mois qui viennent, nous continuerons de travailler avec les populations touchées pour soutenir leurs priorités, les aidants à replanter leurs champs, à restaurer leurs moyens de subsistance et à reconstruire leurs maisons.

Voici les histoires de quelques femmes et hommes directement touchés par le cyclone et bénéficiaires de l’intervention d'urgence d’abris de CARE dans les villages du district d’Antalaha. Ils partagent avec nous leurs expériences et leurs priorités maintenant que le cyclone est passé.

Albert, who lives on his own in his house in Madagascar

Albert, qui habite seul dans sa maison

« J’ai quitté ma maison pendant la tempête parce-que j’avais peur qu’elle s’écroule. Je me suis sauvé chez mon voisin, Roger B. Après 2 jours, le cyclone est passé et je suis retourné à ma maison. J’ai vu qu’elle était détruite. Pendant 2 jours, mes fils ont travaillé pour réparer (reconstruire) ma maison. Et CARE m’a installé une bâche sur le toit. Maintenant, je n’ai plus de fuite dans la maison ; je suis à l’abri. »

Yozenette, a young woman who takes care of her mother. Antalaha, Madagascar

Yozenette, une jeune femme responsable pour sa mère

« Depuis le jour du cyclone, je suis réfugiée chez ma belle-sœur. Ma maison a été endommagée par le vent ; il y avait des trous dans le toit et des fuites. Après que quelqu’un est passé pour poser une bâche sur le toit, ma maison ne fuit plus. Maintenant, je veux reconstruire ma maison et habiter seul avec ma mère, comme avant. »

Fidéline, mother. Antalaha, Madagascar

Fidéline, mère de famille

« Le jour du cyclone, nous nous sommes enfuit dans la maison d’un voisin, car il vit dans une maison en dur, donc plus solide que la nôtre. On était une cinquantaine de personnes dans sa maison (pendant le cyclone).  Je suis retournée dans ma maison avec mes trois enfants après qu’on a posé une bâche sur le toit. Heureusement. Maintenant que le cyclone est passé, je peux retourner à la culture le plus tôt possible pour nourrir mes enfants. »

An elderly person living alone. Antalaha, Madagascar

Un ainé vivant seul

« Je me suis sauvé à l’école pour deux nuits pendant le cyclone. Après deux jours, je suis retourné (à ma maison) et j’ai vu que les murs de ma maison sont partis avec le vent. J’ai demandé à mes neveux de m’aider à réparer les murs et j’ai reçu une bâche de CARE. Depuis qu’on a posé la bâche, il n’y a plus de fuite (d’eau) dans la maison. Mais, maintenant que le cyclone est passé, j’aurais besoin de l’assistance en santé et de la nourriture, car je suis trop vieux pour travailler. »

Elisienne is expecting another child in the near future. Antalaha, Madagascar

Elisienne qui attend un autre enfant prochainement

« Ma maison a été détruite pendant le cyclone, mais j’ai réparé la maison avec l’aide de mes deux sœurs. Et le technicien de CARE nous a aidé à poser une bâche sur le toit. Depuis le cyclone, mon principal souci est la nourriture, car je suis enceinte et un peu malade, donc je ne travaille pas. . Je suis seule pour prendre en charge mes trois enfants. »

Marie and her family. Antalaha, Madagascar

Marie et sa famille

«Le cyclone était très violent, et j’ai déménagé trois fois pendant la tempête parce que j’avais peur (chez mon frère, après chez ma sœur, et après chez une autre sœur). Nous habitons maintenant dans une maison temporaire avec une bâche comme toit, car ma maison a été complètement détruite. Ma priorité pour les prochains mois est de reconstruire ma maison afin que je puisse vivre dans ma propre maison encore une fois. » 

Three generations in a damaged house. Antalaha, Madagascar

Trois générations dans la maison endommagée

« Nous, on est resté dans notre maison pendant les deux jours du cyclone. Le village a été rasé par le cyclone et beaucoup de maisons ont été détruites. Le président du village nous a inscrit dans la liste des sinistrés, donc nous avons reçu une bâche. J’ai pleins de projets dans la tête pour le futur, mais ma priorité immédiate maintenant que nous avons survécu au cyclone, c’est la récolte et la nourriture. »

Photos : ANGELINE LUDJET et ANDRIANARISAINA CLEMENT RAZAFINDRAKOTO 


Donnez maintenant et aidez le Fonds d'intervention d'urgence de CARE, qui nous permet de répondre rapidement aux catastrophes comme Cyclone Enawo.

DONNEZ MAINTENANT