Skip to content

El Niño : les familles éthiopiennes au bord du gouffre

À la fin de février, dans le nord-est de l’Éthiopie, une mère sur quatre a préparé à manger à ses enfants avec les tout derniers grains de sorgho qu’il lui restait. Ces grains devaient pourtant être mis en terre pour assurer la prochaine récolte.

Le phénomène climatique El Niño a causé une sécheresse critique en Éthiopie. Les récoltes ont complètement été perdues dans de nombreuses régions du pays. Conséquence : plus de 10 millions de personnes dépendent aujourd’hui de l’aide alimentaire du gouvernement ou d’organismes comme CARE. Mais sans ressources supplémentaires, les provisions alimentaires seront à sec le mois prochain.

Tuba Aliye vit à Robayo, dans l’est de la province d’Hararghe, avec trois de ses quatre enfants. Elle a dû confier l’un de ses petits à sa sœur, ne pouvant nourrir tout son monde. Son mari, lui, a été contraint d’aller dans une ville voisine pour trouver du travail. C’est lui qui avait l’habitude de cultiver la terre. Comme il n’y est pas, le champ n’a rien produit pour une deuxième fois, et tous les travaux agricoles sont devenus inutiles.

La famille a maintenant trois animaux et deux poules. Avant, elle en comptait plus de 20. Tuba a pu acheter un bœuf grâce à un emprunt obtenu auprès de son Association villageoise d’épargne et de crédit. Elle prévoyait l’utiliser pour effectuer des travaux sur la terre, mais il n’y a rien à cultiver pour l’instant et elle est prise avec le bœuf, car personne n’a les moyens de l’acheter. Elle doit donc le garder et le nourrir, ce qui est difficile quand il n’y a même pas assez de quoi nourrir les humains.

Deux fois par jour, Tuba marche deux heures, avec son bébé sur le dos, pour chercher de l’eau à la rivière Ebalo. L’eau y est sale. Les animaux s’y abreuvent, les gens y lavent leurs vêtements. Mais c’est la source la plus près où Tuba peut aller. En fait, il n’y a aucune autre source à laquelle elle a accès.

Quatre fois par semaine, Tuba ramasse du bois pour faire la cuisine. Ça lui prend deux heures pour accomplir cette tâche, et le ramassage est de plus en plus long puisque le bois se raréfie. Tout le monde fait des coupes dans la forêt sans que rien d’autre n’y soit planté. De toute façon, même si des végétaux y étaient mis en sol, rien ne pousserait sans eau.

Aujourd’hui, Tuba prépare un repas avec les derniers précieux grains de sorgho qu’elle a sous la main. Ces grains avaient été conservés pour produire la prochaine récolte. Mais elle n’a d’autre choix que de servir ces semences pour nourrir le ventre des siens, ce qui signifie que, plus tard, elle n’aura pas un seul grain à planter.

CARE soutient le gouvernement éthiopien à offrir de l’aide aux personnes touchées par la sécheresse en fournissant des denrées alimentaires de secours ainsi que de l’eau potable et en aidant les communautés vulnérables à renforcer leur capacité de résilience en vue de futures crises. Les demandes d’assistance sont nombreuses. C’est pourquoi nous comptons sur votre générosité.

DONNEZ DÈS MAINTENANT

TOUS LES CADEAUX ASSORTIS X2

40+ CADEAUX À CHOISIR