La vie continue : un an après le séisme au Népal

Le 25 avril 2015, un puissant séisme d’une magnitude de 7,8 à frappé le cœur du Népal, causant une destruction massive. Il a été suivi d’une série de secousses et, le 12 mai 2015, un deuxième tremblement de terre d’une magnitude de 7,3 a à nouveau secoué le pays, aggravant le lourd bilan de morts et de dommages.

CARE travaille dans quatre des districts les plus touchés et fournit du soutien aux familles les plus vulnérables. Uttam B.K. et sa famille font partie de la communauté de Dalit, à Gorkha, l’une des régions les plus sévèrement ébranlées. La famille a reçu du soutien de CARE avant et après les séismes. Leur histoire en est une de survie.

Uttam B.K. et sa famille – on voit ici sa femme Sunita, sa fille Amrita et son fils Bibek – vivent dans la communauté de Dalit, dans le district de Gorkha au Népal. Les gens de Dalit appartiennent à une caste considérée inférieure qui fait souvent l’objet de discrimination par l’ensemble de la communauté.

Avant le tremblement de terre, la communauté s’enorgueillissait de la beauté de son village, décoré avec des ardoises et attirant de nombreux touristes. Après le passage du séisme, le village s’est vu interdire le droit de se reconstruire puisqu’il demeurait vulnérable aux glissements de terrain. Les gens de Dalit se sont donc retrouvés sans terre.

Des abris temporaires ont été érigés sur des terres du gouvernement, et CARE entend seconder les leaders et les décideurs de la communauté pour les amener à mieux distribuer de l’information concernant les problèmes de logement, de terre et de propriété.

L’hiver dernier a été très rude pour les familles, dont celle d’Uttam, car plusieurs avaient perdu leur foyer et leurs vêtements chauds. CARE a remis des vêtements d’extérieur et des couvertures aux villageois de Dalit.

La crise énergétique dans le pays a aussi rendu la vie difficile aux gens devant cuisiner et chauffer leurs abris, surtout durant l’hiver. CARE a donc distribué des poêles consommant peu de combustible afin d’aider les familles à conserver cette précieuse ressource.

Comme le séisme a détruit leur maison et que leurs biens ont été enterrés sous les décombres, les gens ont également perdu leurs articles de cuisson et d’hygiène de base. Pour nous, les Canadiens, ces articles sont de l’ordre des petites choses du quotidien, mais pour plusieurs familles, c’est du luxe. Heureusement, grâce à vos dons, CARE a pu leur en fournir de nouveaux.

En plus du manque de carburant, les sources d’eau se sont asséchées. Bien évidemment que les gens sont inquiets de ce que l’avenir leur réserve.

L’accès à l’eau est l’un des problèmes les plus préoccupants auxquels font face les citoyens de Barpak. Comme leur lieu de résidence n’est pas connecté aux canalisations d’eau, et surtout comme ils ont dû aller vivre ailleurs, ils ne disposent pas de sources d’eau potable.

Grâce à votre généreux appui, CARE a été en mesure de fournir des conduites qui sont aujourd’hui reliées à un réservoir d’eau pouvant desservir 120 ménages de la communauté de Dalit.

Uttam a espoir de rendre la communauté autonome en ce qui regarde la culture de légumes. Il s’est déjà mis à l’œuvre sur une parcelle de terrain, aidé de Sunita.

« Une chance que CARE m’a soutenu dans mon rêve et m’a fourni de la formation sur la culture des légumes, en plus de m’avoir donné de l’équipement et des semences », dit Uttam.

Grâce à la grande générosité des Canadiens, CARE soutient des familles comme celle d’Uttam B.K. à se relever du tremblement de terre. Mais il reste encore tant à faire. Vous pouvez aider des familles dès aujourd’hui.

DONNEZ DÈS MAINTENANT