« CARE a sauvé la vie de ma fille » : lutter contre la malnutrition au Mozambique

À 40 ans, Andarieta Titosse est veuve. Elle a trois enfants, dont la petite Nércia, qui n’a pas encore sept mois.

Lorsqu’elle était enceinte de Nércia, Andarieta a cruellement manqué de nourriture. Parfois, la nuit, la faim la tenaillait si fort qu’elle ne parvenait pas à dormir. Après la naissance de son bébé, les choses n’ont pas vraiment changé.

À quatre mois, Nércia était aussi légère qu’une plume, ne pesant que 4 lb.

Andarieta a lutté pendant trois ans pour survivre. Depuis qu’El Niño a causé une grave sécheresse l’an dernier, toutes ses récoltes ont été détruites. Ses enfants et elle en sont donc réduits à vivre avec ce qu’ils trouvent dans les bois. Ils cueillent des feuilles de plantes sauvages et des petits fruits. Pour Andarieta, les longs parcours qu’elle doit faire avec son bébé dans les bras sont épuisants. Après avoir accouché de Nércia, elle n’a pu l’allaiter les six premiers mois, n’ayant elle-même rien à manger.

« Je savais que je devais allaiter mon bébé, mais comme je ne mangeais rien, je ne produisais pas de lait », dit Andarieta.

Les deux aînés de Nércia, âgés de huit et onze ans, sont nés en santé.

Avec l’aide de bénévoles de CARE, la minuscule Nércia a été prise en charge au centre de santé Funhalouro. Les médecins ont vu qu’il n’y avait pas une minute à perdre. Le bébé souffrait de malnutrition sévère.

« J’avais tellement peur de perdre ma fille. Un médecin m’a dit qu’elle était dans un état critique », explique Andarieta.

Depuis l’an dernier, le centre de santé Funhalouro a enregistré 55 cas d’enfants souffrant de malnutrition grave. Selon les Nations unies, environ 100 000 enfants seront à risque de malnutrition aigüe dans les prochains mois. Ce sont les mères et les enfants qui sont les plus durement touchés par la sécheresse et le manque de nourriture – l’absence d’aliments nutritifs laisse particulièrement des traces.

Aujourd’hui, Andarieta reçoit du lait pour Nércia tous les mois à l’hôpital.

« Nous savons que nous devrions allaiter nos enfants, et il est essentiel que ce message se répande. Mais mon plus grand défi à moi, c’est d’avoir suffisamment de quoi à manger pour pouvoir donner du lait à mon bébé. C’est la pire sécheresse que j’ai vue dans toute ma vie. »

Au cours des derniers mois, Andarieta a aussi reçu de l’aide alimentaire de CARE.

« La foire alimentaire a eu lieu quand j’avais vraiment besoin d’aide. Je reçois du lait à l’hôpital pour mon bébé, mais les médecins me demandent de me nourrir moi-même pour être capable d’allaiter. Le mois dernier, ma petite fille pesait 15 lb. Je suis très heureuse de la voir prendre du mieux et sourire. »

Durant la foire alimentaire, laquelle permet aux gens de « magasiner » de la nourriture présentement non disponible en raison de la sécheresse, Andarieta a acheté de la farine, du riz, de l’huile, du sucre et des arachides. Elle dit que les denrées obtenues à la foire seront suffisantes pour assurer la survie de sa famille pour environ deux mois.

« J’espère que la sécheresse prendra bientôt fin et me permettra de ne plus m’inquiéter pour la santé de mes enfants. »


Votre don d’aujourd’hui peut aider des femmes comme Andarieta à nourrir leurs enfants lors de crises alimentaires.

DONNEZ MAINTENANT