Siège à Alep : offrir de l’aide humanitaire en Syrie


« J’étais couché quand une explosion m’a tiré du sommeil vers cinq heures du matin. J’ai regardé par la fenêtre de ma chambre et constaté qu’un obus lancé directement en face de ma maison avait explosé et détruit les deux édifices de l’autre côté de la rue. »

C’est ce que Ahmad, un jeune employé de 24 ans de l’un des partenaires de CARE dans l’est d’Alep, a eu comme vision d’horreur en s’éveillant ce matin-là. Ahmad est l’un des 275 000 civils qui tentent de survivre aux bombardements incessants qui règnent tous les jours dans la ville assiégée d’Alep, en Syrie.

Pour les organisations d’aide humanitaire comme CARE qui tentent désespérément d’offrir de l’assistance aux gens qui vivent en Syrie, l’accès est pratiquement impossible. C’est même une entreprise risquée. Comme nous l’avons vu dans les bulletins de nouvelles, les travailleurs humanitaires sont devenus des cibles. Les femmes, les hommes et les enfants, tous déjà vulnérables, sont donc laissés à eux-mêmes, sans les choses essentielles à leur quotidien.

Malgré les dangers et les incertitudes, les membres de CARE et leurs partenaires en Syrie continuent de risquer leur vie pour offrir des biens de première nécessité aux familles d’Alep, comme des paniers de nourriture et des trousses d’hygiène. Lors du plus récent cessez-le-feu, plusieurs de ces familles ont été contraintes de se réfugier dans les régions rurales, quittant la ville menacée après l’attaque d’un convoi humanitaire, le 19 septembre.

Presque un million de personnes vivent en état de siège en Syrie, dont 275 000 dans l’est d’Alep. Sans accès à des vivres, à de l’eau potable et à l’électricité, les familles se trouvent fréquemment bombardées et mises en danger par les frappes aériennes et les tirs d’artillerie. Les hôpitaux continuent d’être des cibles privilégiées.

À travers le pays, 38 % des Syriens vivraient une insécurité alimentaire et seraient forcés d’envoyer leurs enfants mendier, d’emprunter de quoi manger à des proches et à des amis, de réduire les portions dans les assiettes ou même de sauter carrément des repas.

Pour soutenir les familles, CARE distribue des trousses d’hygiène et des paniers d’aliments qui contiennent du riz, des lentilles, de la viande en conserve et de l’huile végétale.

CARE réclame la protection des civils et des travailleurs humanitaires. De plus, elle demande que l’accès soit ouvert à l’aide humanitaire et que les patients dans un état critique puissent être évacués d’Alep.


Aidez à la distribution de fournitures vitales telles que des vivres et des trousses d’hygiène pour les familles d’Alep.

DONNEZ MAINTENANT