Skip to content

Entrevue : Evelyne Morin de CARE Canada

Le temps que les employés de CARE consacrent à donner et à se donner ainsi que leur engagement et leur passion permettent vraiment d’obtenir des changements durables pour des millions de personnes vivant dans la pauvreté.

Voici l’une des personnes inspirantes de la grande équipe de CARE Canada. Il s’agit d’Evelyne Morin. Elle partage ici avec nous les joies, les défis et les possibilités qu’elle voit chaque jour dans son travail d’agente de programme pour la division des Opérations et des Programmes internationaux de CARE Canada.

 

Je suis Agente de programmes et j’appuie différents projets des portfolios de CARE Canada en Sécurité alimentaire et nutritionnelle et résilience aux changements climatiques et en Autonomisation économique des femmes. J’agis aussi comme personne ressource pour les bureaux de pays de CARE International dans le cadre de la mise en oeuvre d’initiatives qui bénéficient de fonds canadiens publics et privés, en plus de contribuer à la préparation de propositions de projets soumises en vue d’obtenir du financement du Canada.

Ce que je préfère dans mon travail, c’est lorsque je voyage et collabore en personne avec les équipes des bureaux de pays. À mon avis, rien n’est plus stimulant que les interactions en face à face. Durant ces visites sur le terrain, je m’attarde à regarder de quelles façons les équipes de CARE ont réussi à insuffler de la force et de la détermination à des femmes, des filles, des hommes et des garçons afin de les aider à se sortir du cercle de la pauvreté. Je fais ce travail pour ces gens. Ce qui m’inspire au quotidien, c’est de les rencontrer et de les écouter me raconter combien leur vie s’est transformée positivement et à long terme grâce au développement de leur propre potentiel.

Les défis importants

Dans le secteur du développement international à but non lucratif, il y a de nombreux défis. Nos vraies limites, c’est le financement que nous pouvons obtenir et qui dicte le nombre de personnes que nous sommes en mesure d’aider. Dans les régions et les pays où nous sommes à l’œuvre, les besoins sont criants. Afin de combler le manque d’argent, nous agissons souvent en partenariat avec d’autres organismes internationaux sans but lucratif qui nous permettent de soutenir encore plus de personnes. Nous collaborons avec des organisations locales ainsi que des acteurs des secteurs public et privé tels que des universités et des entreprises. Cela nous permet de mettre en commun nos expertises techniques et nos meilleures pratiques pour aider davantage de personnes de manière plus globale.

Il est souvent difficile de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté par le biais d’un seul projet, parce qu’il faut alors composer avec des fonds et du temps limités. C’est aussi tout un défi de mettre en place des programmes en périodes de transition, entre l’aide humanitaire de courte durée et le développement à plus long terme. Les réponses aux crises humanitaires sont cruciales pour sauver des vies dans l’immédiat et à court terme. Toutefois, il est également vital de fournir de l’assistance une fois les périodes de crises résorbées. Selon moi, après chaque situation d’urgence à laquelle nous répondons, l’idéal serait que nous puissions compter sur des fonds pour assurer la transition et un impact à long terme.

Qu’est-ce qui rend CARE unique?

À mon avis, l’approche de CARE basée sur les partenariats locaux (contrairement à une mise en œuvre directe) est exceptionnelle. Nous travaillons toujours avec des partenaires sur place, ce qui nous permet d’assurer un transfert de compétences et de connaissances aux groupes locaux qui, éventuellement, peuvent eux-mêmes prendre le relais et mieux soutenir leurs communautés. Nous consacrons aussi de nombreux efforts du côté de la gouvernance, c’est-à-dire que nous collaborons de près avec les gouvernements locaux et plusieurs acteurs incontournables, tels que les leaders communautaires et les institutions publiques et privées. Quand les leaders stimulent et encouragent les changements plutôt que de seulement les apprécier, cela multiplie les chances d’améliorer plus de vies.

CARE veille aussi attentivement à favoriser l’égalité entre les genres, puisqu’il est démontré que les changements durables ne sont possibles que si les femmes et les filles ont les mêmes droits et les mêmes opportunités que les hommes et les garçons en matière d’éducation, de possibilités et d’accès aux services financiers.

Les visages du changement

Mon tout premier voyage sur le terrain avec CARE s’est déroulé en Bolivie. C’était dans le cadre du programme LINKAGES, lequel visait à renforcer l’économie locale, à accroître l’accès à des aliments nutritifs et à améliorer l’égalité entre les genres. Le projet Tukuy Yanapana arrivait à son terme et nous avons visité quatre municipalités rurales où le projet s’était déroulé au cours des quatre années précédentes. Comme dans plusieurs pays en développement, les femmes de la Bolivie qui vivent dans les régions rurales ne parlent généralement pas beaucoup en public, et lorsqu’elles le font, elles parlent à voix basse. Durant les rencontres, elles s’assoient en retrait. Toutefois, ce que j’ai vu pendant ma visite est tout simplement incroyable. J’ai vu des femmes autonomes, qui dirigeaient leurs propres entreprises et qui présentaient leurs activités avec confiance, fierté, passion et ambition. Ce voyage m’a réellement inspirée. J’ai réalisé que le temps passé à la révision d’innombrables rapports, assise devant mon écran d’ordinateur à mon bureau à Ottawa les mois précédents, avaient valu la peine. Que le travail que je fais à distance aide à faire une différence dans la vie de ces personnes.

Un autre moment inspirant (il y en a eu tant!), c’est quand je me suis rendue au Bénin et au Mali pour y évaluer les retombées du projet TEMPS, qui visait à prévenir les mariages précoces et forcés d’enfants. Comme je l’ai déjà souligné, CARE travaille main dans la main avec ses partenaires et fait appel à plusieurs intervenants différents dans ses projets, incluant des leaders religieux qui sont les gardiens des connaissances et des pratiques traditionnelles. Même si nous voulons respecter et défendre les valeurs traditionnelles qui façonnent l’identité culturelle, certaines pratiques sont parfois préjudiciables, comme les mariages précoces et forcés des jeunes filles. Biassoun Dembele – qui travaille pour l’une des organisations partenaires de CARE Mali – a été à l’avant-plan de la mise en œuvre du projet TEMPS. J’ai trouvé extraordinaire de l’écouter nous raconter avoir vu un chef traditionnel assis avec des jeunes filles et garçons, abordant avec eux des sujets reliés à la sexualité et à l’importance d’avoir des comportements sexuels prudents et responsables. Il n’aurait jamais cru voir un jour ce genre de discussion dans un village rural. C’était (et c’est encore) un moment inoubliable pour moi.

Possibilités futures

À mon avis, chaque projet, où qu’il soit mis en oeuvre, est une destination en soi où il vaut la peine d’aller. Jusqu’à présent, j’ai eu la chance de visiter des projets et des équipes de CARE en Bolivie, au Bénin, au Mali, à Cuba et au Guatemala. En septembre, je devrais me rendre au Honduras.

Récemment, j’ai commencé à soutenir un projet qui est mis en oeuvre aux Philippines et qui vise à appuyer les efforts de reconstruction après le passage du typhon Haiyan ayant dévasté le pays en 2013. J’ai entendu parler de la solide approche basée sur le partenariat de CARE Philippines et je serais très heureuse de rencontrer l’équipe et observer comment ils travaillent et se coordonnent avec leurs 17 partenaires locaux à travers le pays!

Même si j’ai beaucoup voyagé dans ma vie personnelle et professionnelle, je n’ai jamais mis les pieds dans un pays du Moyen-Orient ou de l’Asie du Sud. J’aimerais également en apprendre davantage sur les aspects culturels et les façons de travailler de nos équipes dans ces pays.

Ce que les Canadiens devraient savoir

Ce que je souhaiterais que les Canadiens sachent, c’est que malgré toutes les situations d’urgence et tous les gens dans le besoin, chaque contribution – même toute petite! – peut faire une différence. Grâce à votre soutien, CARE peut changer la vie de milliers de familles à travers le monde chaque année. Ces familles, malheureusement, ont moins de possibilités que les Canadiens parce qu’elles font notamment face à la guerre et à des désastres naturels. Chaque vie vaut la peine que nous nous battions pour elle. Au final, nous voulons tous les mêmes choses : être heureux, en santé, en sécurité et entouré de ceux que nous aimons. Même si nous vivons dans une période où certains médias et politiciens alimentent une culture de la peur face à l’inconnu, j’aimerais de tout cœur que les Canadiens reviennent aux choses essentielles et fassent preuve de compréhension, d’empathie, de respect et de tolérance. Restez bien informés, apprenez à mieux connaître les autres, soyez conscients des préjugés et tentez de les éliminer. Les différences culturelles ne devraient pas représenter des menaces, mais plutôt des richesses à découvrir et à chérir.

TOUS LES CADEAUX ASSORTIS X2

40+ CADEAUX À CHOISIR