Continuons à marcher : un moment marquant devenu un mouvement


CARE Canada's Walk In Her Shoes march in Ottawa, March 2018

Par Margaret Capelazo, conseillère principale en matière de genre, CARE Canada

La première fois que j’ai marché pour revendiquer mes droits, j’étais plutôt nerveuse. C’était juste après la « bataille de Seattle », une importante manifestation altermondialiste qui a été marquée par des conflits. Je suis plutôt timide de nature et je n’aime pas la confrontation. Mais tout compte fait, cette manifestation s’est révélée être un super événement. Jeunes et moins jeunes, femmes et hommes, tous se sont unis d’un même pas, ont fait du bruit et ont rempli les rues. Je me souviens même que certains ont marché avec des bébés dans des poussettes et que d’autres ont souri de pouvoir enfin marcher en se sentant libres de leur action. En guise d’appui, de nombreux automobilistes ont klaxonné et des passants ont levé leur pouce en l’air. Nous n’avions pas parcouru cinq pâtés de maisons que j’étais déjà excitée de participer à cette manifestation. Depuis ce moment, j’ai pris part à des marches à Victoria, à Halifax et dans plusieurs autres villes. J’ai défilé pour les droits des femmes, j’ai participé à la parade de la fierté et j’ai marché pour la paix.

Certaines personnes disent que les marches ne servent à rien et qu’elles ne changent rien.

À ces personnes, je dis : les marches sont le changement.

Women in Rwanda march for International Women's Day 2017

Le changement, c’est quand une femme se fait dire de se comporter « en femme » et qu’elle espère sortir de ce carcan d’idées préconçues. Le changement, c’est quand une personne dit que les hommes ont toujours raison, peu importe de quoi il s’agit, et que cette personne parvient peu à peu à évoluer et à tenir un discours plus ouvert. Le changement, c’est quand une personne est envoyée en prison parce qu’elle a rencontré plus de deux autres femmes dans un espace public et qu’elle pressent qu’un jour, ce genre de rencontre ne sera plus un crime. Quand nous marchons, nous nous exprimons à voix forte et multiple, et nous brisons le silence qui tue et isole. Quand nous marchons au milieu d’une rue du centre-ville pour la première fois, nous exprimons notre capacité à prendre nos propres décisions (merci beaucoup!). Quand nous marchons ensemble, nous dénonçons le sexisme et la misogynie et faisons entendre que la justice n’est pas toujours juste.

Encore aujourd’hui, quand je marche, je me souviens des visages de collègues qui sont descendus dans les rues de leur ville dans un magnifique élan de mobilisation. Je me rappelle que des femmes marchent au Bénin pour mettre fin au mariage des enfants. Je me rappelle que des femmes osent demander en Inde pourquoi il n’y a pas d’investissements pour elles en matière de santé et d’éducation. Je me rappelle que des hommes au Pakistan portent des rubans blancs pour réduire la violence à l’égard des femmes. Ce sont des gens ordinaires. Eux aussi sont souvent timides et nerveux.

Je me souviens des visages des femmes que j’ai connues et qui ne peuvent pas marcher. Je pense à mon amie qui doit rester cachée pour échapper à son mari et à mes autres amies qui sont impatientes de voir des lois criminaliser le viol marital. Je pense aux pionnières féministes dont les genoux sont maintenant trop faibles pour s’exprimer et marcher dans les rues.

A sign from the Women's March in Ottawa, January 2017

Je marche parce que c’est mon droit, malgré ce que disent les lois et les codes sociaux. Je marche parce que ma voix est importante. Je marche parce qu’il y a des problèmes qui s’aggravent devant le retard des changements à venir. Je marche parce que c’est l’un des moyens les plus faciles pour un citoyen nord-américain adulte de participer au changement. Ensemble, vous et nous, nous incarnons le changement.

March4Women est un mouvement mondial proposé par CARE qui se manifeste tout au long de mars et qui vise l’égalité des sexes. Il s’adresse à tous ceux et celles qui veulent un monde plus égalitaire. March4Women est un appel à la solidarité contre la violence sexiste à l’échelle mondiale. Quand des femmes de partout sur le globe s’unissent pour marcher afin de faire valoir leurs droits et libertés et quand des hommes marchent avec elles en solidarité, c’est là que s’amorce le changement. Ensemble, en mars, unissons nos voix et nos plateformes d’expression pour soutenir les femmes des pays en développement et montrer que #EllesAussi méritent de vivre sans abus.