Les gens qui font une différence : des visages sur les changements en Cisjordanie

Par Laura Banks, responsable de l’Engagement de la marque, CARE Canada

Avez-vous déjà rencontré quelqu’un pour la première fois en ayant l’impression de le connaître depuis des années? Avez-vous déjà ressenti une connivence immédiate, des affinités naturelles ou des similitudes d’idées et opinions avec certaines personnes?

C’est ce qui m’est arrivé à l’automne dernier lorsque j’ai fait la connaissance de l’équipe CARE de Cisjordanie et de la bande de Gaza, dont les bureaux se trouvent à Ramallah.

Par mon travail, j’ai le privilège de correspondre avec des collègues de CARE un peu partout sur la planète. Mais quand j’ai la chance de rencontrer certains d’entre eux en personne, c’est un vrai bonheur.

Ma collègue Kasia et moi étions sur place pour recueillir des histoires et des photos de femmes (et d’hommes aussi!) qui cherchent à réduire les inégalités malgré les nombreux défis qui les attendent chaque jour.

Quand nous sommes entrées dans le bureau de CARE, nous avons eu le sentiment d’être chez nous. Les images sur les murs, le logo de CARE, l’enthousiasme du personnel, l’odeur du café fraîchement infusé, tout ça nous était familier.

Après avoir rencontré tout le monde, nous avons passé en revue l’itinéraire chargé qui nous attendait pour les quatre jours suivants.

Lors de l’une de nos visites, nous avons rencontré un groupe d’agricultrices dans une ferme écologique de la vallée du Jourdain. Nous étions accompagnées de May, coordonnatrice Impact et apprentissage pour le Programme de gestion et d’implantation en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. May a l’habitude de visiter régulièrement les communautés où CARE agit afin de s’assurer que tout se passe comme voulu. Comme tous nos collègues de la région, May est l’incarnation même de la chaleur humaine, de l’intelligence, de l’humilité et de la gentillesse. Tout au long de notre visite en sa compagnie, May a distribué des sourires à toutes les personnes croisées. Jaffar, notre chef de région, nous a également accompagnées et a été tout aussi généreux en bonté et en petites attentions. Tout le monde l’a appelé par son prénom et l’a salué avec des sourires, des poignées de main, des compliments et des taquineries sympathiques.

May with one of the women in the eco-farm co-op that CARE is supporting in the West Bank. Laura Banks/CARE

Spontanément, nous avons vu à quel point l’équipe de CARE en Cisjordanie était appréciée. Les femmes que nous avons rencontrées nous ont dit que CARE se distinguait des autres organisations sans but lucratif parce qu’elle n’avait pas fait le travail à leur place. CARE les avait plutôt encouragées à exprimer leurs avis et à s’affirmer.

« Nous ne leur avons pas donné un plan d’affaires, explique May. Nous avons plutôt travaillé avec ces femmes en les laissant à l’avant-plan. Les femmes ont le mérite d’avoir fait l’essentiel. Nous ne leur avons fourni que le soutien et les ressources dont elles avaient besoin. »

May et tous les membres de l’équipe locale de CARE insistent sur le fait qu’ils n’ont joué qu’un rôle secondaire. Les vraies championnes et têtes décideuses, disent-elles, ce sont les femmes. May et d’autres alliées appuient les efforts de ces femmes en les encourageant à faire les choses à leur manière et en leur fournissant les outils et la confiance nécessaires.

Quant aux membres du personnel qui ne nous ont pas accompagnées lors de nos sorties sur le terrain, ils ne sont pas restés les bras croisés. Ils se sont assurés que nos quatre journées de visite étaient bien remplies et sécuritaires. Ils ont aussi mis à notre disposition leur expertise et leurs connaissances incroyables pour faciliter notre collecte de renseignements. Avant même notre arrivée, ils avaient tout planifié pour que notre séjour soit inspirant et riche en histoires humaines. Je dois dire que les commentaires et points de repère qu’ils nous ont donnés lors de notre découverte des diverses communautés se sont révélés inestimables. Grâce à eux, nous avons pu réellement mesurer les impacts durables du travail de CARE. Je me dois de souligner leur compréhension des communautés qu’ils soutiennent – et dont ils font eux-mêmes partie. Ils sont impressionnants. Jamais nous ne les oublierons, qu’il s’agisse du responsable de la sécurité qui s’est si bien occupé de nous, des experts du programme, des chauffeurs, des gens du soutien logistique jusqu’au directeur national par intérim de CARE là-bas. Nous sommes revenues de notre séjour en Cisjordanie émues, stimulées et humbles.

Le fantastique partenariat tissé par CARE avec les femmes rencontrées en Cisjordanie est là pour durer. Nous continuerons d’engager les hommes et les garçons dans nos efforts pour réduire les inégalités. Ce que nous avons vu, c’est qu’en collaborant avec les femmes directement dans leur communauté, ça permettait aux hommes de démontrer leur potentiel à favoriser l’égalité. Si cela est possible, c’est en grande partie grâce au personnel de CARE sur le terrain. Dans ma vie, j’ai rarement vu autant d’excellents exemples illustrant qu’on peut diminuer les inégalités en agissant ensemble.