Les effets du développement humanitaire : quelques histoires inspirantes

En vue de célébrer la Semaine du développement international, nous avons recueilli les témoignages de quelques membres du personnel afin de souligner l’importance de leur travail sur le terrain et les retombées positives de celui-ci, tant pour les communautés dans le besoin que pour les équipes sur place.

« La dernière fois que je suis allée en Tanzanie, j’ai été très inspirée par le travail de CARE auprès de la gent féminine; en effet, l’organisme, par son travail quotidien à ses côtés, lui permet de se faire entendre. À titre d’exemple, lorsque nous avons demandé aux femmes et aux filles habitant en zone rurale de nous faire part de leurs priorités en termes d’installations et de soins relatifs à l’accouchement, elles ont répondu que le manque d’électricité du centre de santé local rendait celui-ci difficile de nuit; la plupart du temps, on retournait les femmes chez elles en leur demandant d’attendre le lever du jour ou, à défaut, de parcourir de longues distances jusqu’au prochain centre de santé. CARE a donc favorisé le recours à l’énergie solaire pour l’ensemble des projets de réhabilitation des établissements de santé. À l’heure actuelle, le taux d’accouchement nocturne a augmenté, de même que la probabilité d’un accouchement sain et sécuritaire. La solution, simple et peu coûteuse, est venue directement des filles et des femmes avec lesquelles nous travaillions. »

– Rebecca Davidson, gestionnaire de programme

« Lorsque je travaillais avec CARE en Cisjordanie, j’ai été bouleversée de voir ces femmes entrepreneures changer leur communauté en profondeur, toucher les cœurs et les esprits et offrir à leurs enfants un avenir plus rayonnant, un futur plus juste. C’est la raison principale pour laquelle nous mettons du cœur à l’ouvrage et continuons de croire ensemble en un monde meilleur. »

- Laura Banks, agente au marketing

« Dans le cadre d’un projet de CARE en Jordanie, j’ai eu la chance de visiter les propriétaires d’une petite fruiterie familiale dans la banlieue d’Amman. Le couple, frappé par la maladie et l’infirmité, et voyant son commerce péricliter, a choisi de confier à l’épouse la responsabilité de suivre une formation en finance et en gestion, permettant ainsi à cette dernière de recourir au microcrédit pour sauver l’entreprise et ainsi assurer un revenu à sa famille. De cette façon, non seulement a-t-elle réussi à payer les frais d’université de ses fils, mais encore rêve-t-elle aujourd’hui de démarrer sa propre microentreprise de fabrication de savons naturels! Je connais des tas d’autres histoires inspirantes de femmes qui se sont autonomisées. C’est ainsi que nous tentons de mettre fin ensemble à l’inégalité. »

– Evelyne Morin, Équipe du programme d’autonomisation économique des femmes

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram pour découvrir notre travail.