Donner au suivant

Je suis née en Allemagne en 1939, l’année qui a marqué le début de la Seconde Guerre mondiale. J’ai vécu en zone de guerre pendant toute mon enfance. Je me souviens du son strident des sirènes précédant les raids aériens qui perçait la nuit et de l’épaisse fumée provoquée par les bombardements qui empoisonnait l’air. Confuses et apeurées, ma mère et moi avons quitté la maison à la recherche d’un abri.

La guerre a laissé notre pays en piteux état. Nous étions confrontées à une pénurie de nourriture et de produits ménagers. Les femmes se vêtaient avec ce qu’elles trouvaient – un drap ou un parachute, la plupart du temps. Élever des enfants dans ce contexte était très difficile.

Ma mère et moi avons trouvé refuge dans une église locale. C’est là que nous avons reçu un premier colis CARE.

Plus d’un demi-siècle plus tard, je me souviens encore de la joie que j’ai ressentie en ouvrant le colis. Il y avait des articles de base comme du lait en poudre, de la viande en conserve, du café et des vêtements. J’étais tellement heureuse! Je sentais qu’on se souciait de moi.

Je n’oublierai jamais l’aide que CARE a offerte à ma famille. Mon mari et moi avons fait des dons à l’organisme pour aider d’autres personnes dans le besoin au fil des décennies. Nous avons ensuite eu l’idée de faire un don par testament.

« Nous ne sommes pas riches, mais nous avons assez d’argent pour assurer nos vieux jours. Je sens que nous devons poursuivre la mission que Dieu nous a confiée. CARE nous a démontré à maintes reprises qu’il est l’organisme de choix pour celles et ceux qui, comme nous, désirent donner au suivant. » 

Helga Arndt