Courage et espoir en temps d’épidémie

La pandémie de covid-19 apporte son lot d’incertitude et de désinformation. Les interventions que nous avons réalisées au cours des dernières décennies dans certains des pays les plus pauvres de la planète nous ont appris au moins une chose : en temps de crise, l’union fait la force.

Public hand washing station at village in Liberia. Staff and community healthcare workers encourage people to consistently wash hands whenever leaving and entering a building or house. Credit: David Lai/CARE
Women read brochures on water, sanitation and hygiene in Nepal

De 2015 à 2019, CARE a coordonné 57 projets visant à freiner la propagation de maladies infectieuses comme l’Ebola, le choléra et le Zika dans une vingtaine de pays. Ces projets ont eu des répercussions directes sur 9 millions de personnes, et 16,7 millions en ont bénéficié indirectement.

Ces résultats sont encourageants et prouvent que les choses peuvent s’améliorer. En effet, nous disposions déjà de plusieurs des outils qui nous aideront à éradiquer le coronavirus à l’échelle mondiale.

Quel est le bilan de nos réalisations?

  • Diffusion des connaissances sur la protection individuelle. Grâce à un programme de soutien d’urgence aux victimes de l’Ebola en Sierra Leone, les citoyens ont pu être informés des causes de la maladie et des mesures à prendre pour éviter de la contracter. Pendant l’épidémie de Zika, jusqu’à 98 % des habitants de l’Équateur et du Pérou ont pu accéder aux données des systèmes de santé communautaires et assurer leur sécurité. C’est ainsi que 89 % des femmes équatoriennes ont pu adopter les pratiques exemplaires pour demeurer en sécurité.
  • Promotion du lavage des mains. Le programme d’aide d’urgence aux communautés vulnérables et à celles touchées par le conflit armé du Yémen a permis d’augmenter de 2,6 fois la fréquence du lavage des mains au sein des ménages. Grâce au programme d’urgence pour contrer l’épidémie d’Ebola en Sierra Leone, la proportion de la population qui pratique le lavage des mains a augmenté de 30 %.
  • Sécurité alimentaire des familles. À la suite de la mise en place du programme de protection sociale et de relance économique accélérée de la Sierra Leone, 91 % de la population s’est dite satisfaite des mesures prises par CARE pour contrer l’Ebola, et 84 % des habitants avaient plus facilement accès à de la nourriture sur une base quotidienne.
  • Renforcement des systèmes de santé. Le rapport Réponse conjointe du Yémen révèle que près de 30 000 habitants ont reçu des soins de la part de travailleuses et de travailleurs de la santé qualifiés. Par ailleurs, grâce au programme de contrôle épidémiologique et de renforcement des services de santé de la Sierra Leone, les chaînes d’approvisionnement nationales en médicaments essentiels ont été consolidées. L’approvisionnement des centres de santé en médicaments destinés aux femmes enceintes a ainsi été quintuplé, et l’accès aux équipements dont ils ont besoin a également été amélioré. En réponse à l’épidémie de Zika, 60 % des gouvernements locaux de l’Équateur et 95 % de ceux du Pérou ont consacré des fonds supplémentaires pour la prévention, le suivi et l’éradication de la maladie.
Water, Sanitation and Hygiene (WASH) training in Nepal

Comment avons-nous obtenu ces résultats?

  • En créant des systèmes d’alerte d’urgence. Toutes les initiatives mentionnées précédemment ont été rendues possibles grâce à la collaboration des gouvernements locaux et nationaux et à celle des leaders communautaires, qui ont partagé de l’information de qualité afin d’aider les populations à prendre les mesures qui s’imposaient. L’information a notamment été diffusée sur des chandails et des affiches ainsi que par l’entremise de sketchs et d’émissions radiophoniques. Les coordonnées des centres de santé locaux ont également été massivement diffusées, ce qui a permis à la population d’obtenir rapidement l’information pertinente.
  • En connectant les centres de santé aux communautés. La plupart des initiatives ont été portées par un réseau de bénévoles locaux qui ont servi d’intermédiaires entre les centres de santé et les communautés. Ces bénévoles étaient en mesure de conseiller les citoyens dans le besoin et d’alerter les centres de santé lorsque la situation le nécessitait. Les mesures mises en place en Équateur et au Pérou pour contrer le Zika ont notamment révélé la pertinence d’offrir une compensation financière aux bénévoles de manière à favoriser leur engagement à long terme et à permettre aux familles de recevoir l’aide dont elles ont besoin en situation d’urgence.
  • En étant proactifs. Tous les projets ont fait l’objet d’une évaluation rapide; les ajustements nécessaires ont été effectués en fonction des besoins immédiats.
  • En étant efficaces et flexibles. Lors de sa mise en place, le programme de protection sociale et de relance économique accélérée de la Sierra Leone prônait l’utilisation d’un système de transfert d’argent mobile qui s’est révélé inefficace pour les communautés au sein desquelles nous intervenions. La réintroduction de méthodes de transfert plus traditionnelles a été effectuée dans la deuxième phase du projet, ce qui a permis aux communautés qui n’ont pas accès au réseau sans fil de gagner du temps et d’économiser de l’argent.
  • En assurant l’efficacité des chaînes d’approvisionnement. Dans le cadre du programme de contrôle épidémiologique et de renforcement des services de santé de la Sierra Leone, des bénévoles ont réalisé des enquêtes auprès des centres de santé afin de repérer ceux dont les stocks de médicaments pouvaient être insuffisants pour répondre aux besoins des patients et de mettre en place un plan d’action pour remédier à la situation.
  • En facilitant l’accès aux données. Le programme de contrôle épidémiologique et de renforcement des services de santé de la Sierra Leone a permis aux centres de santé de repérer plus facilement les données relatives aux patients et aux équipements. Ils ont ainsi été en mesure de suivre l’offre et la demande, de commander des médicaments en conséquence et de rendre plus facilement des comptes aux inspecteurs sanitaires et à la communauté.
  • En ayant une vue d’ensemble. Les équipes qui ont connu le plus de succès sont celles qui ont eu recours à la fois aux donateurs et aux programmes. Elles ont ainsi pu amasser l’argent nécessaire pour combler les lacunes d’autres programmes et éviter la duplication du travail.
  • En tenant compte du genre. De nombreux programmes axés sur le genre sont portés par des outils tels que l’analyse rapide de l’égalité des genres (Rapid Gender Analysis), l’intégration de la notion de genre aux formations offertes à tous les membres du personnel et le marqueur genre (Gender Marker) de CARE, qui permettent d’en évaluer la pertinence et la qualité.

Aux quatre coins de la planète, des organismes et des experts se mobilisent pour assurer la sécurité du plus grand nombre. Il est de notre devoir de nous unir, d’apporter notre contribution, d’écouter les experts et de nous soutenir mutuellement.