Être solidaire et croire en l’autre : Comment une coopérative alimentaire au Guatemala rapproche les femmes pour leur assurer revenu, soins et subsistance

DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT, LES FEMMES ET LES JEUNES FILLES SONT BEAUCOUP PLUS À RISQUE DE SOUFFRIR DES CONTRECOUPS DE LA COVID-19. LA PANDÉMIE BOULEVERSE LA FAÇON DONT ELLES GAGNENT DE L’ARGENT ET SE PROCURENT DES ALIMENTS NUTRITIFS POUR ELLES-MÊMES ET LEUR FAMILLE.

Gilda est présidente d’une coopérative guatémaltèque qui emploie des femmes du coin pour produire des dérivés du soya. Ces produits riches en protéines les aident à lutter contre la malnutrition à l’échelle locale. Gilda nous explique comment, avec le soutien de CARE, elle mène sa communauté à travers la crise.

COMMENT VOUS ET VOTRE FAMILLE ÊTES-VOUS TOUCHÉES PAR LE VIRUS?

La COVID-19 a des répercussions à la fois économiques et psychologiques. Comme nous ne pouvons plus vendre nos produits, nos recettes ont fondu. Dans le pire des cas, nous allons devoir mettre la clé sous la porte. Des membres de ma famille ont été congédiés ou temporairement licenciés de leur travail. Nous ne savons pas comment nous allons subvenir aux besoins de nos enfants si la nourriture vient à manquer.

QUELLES SONT VOS PLUS GRANDES CRAINTES?

Si le nombre de personnes infectées continue d’augmenter, certaines régions n’auront plus accès à des services essentiels comme de l’eau potable, un élément indispensable au maintien d’une hygiène de base. C’est à la fois un problème et une vive préoccupation. L’autre crainte, c’est que les dispensaires s’effondrent sous le poids de la tâche ou que les décès se multiplient. Enfin, on s’inquiète pour la santé mentale des gens sans emploi ni nourriture qui, désespérés, doivent tout de même faire vivre leur famille.

D’APRÈS VOUS, QUELLES SERONT LES RÉPERCUSSIONS SUR L’ÉCONOMIE RÉGIONALE ET L’ÉCONOMIE DU GUATEMALA EN GÉNÉRAL?

C’est très difficile à dire, mais la situation va prendre du temps à se redresser. Les familles en région rurale et les entreprises dirigées par des femmes vont être touchées de plein fouet, car nous n’avons pas de revenu stable. Moi, par exemple, je suis chef de famille – et il y en a beaucoup d’autres dans ma situation. Nous devons travailler pour prendre soin des nôtres. C’est sans compter que les agriculteurs vont perdre leurs récoltes, que les prix vont grimper et que les familles vont devoir rationner les vivres. Il en découlera une hausse de la malnutrition et de la pauvreté – une situation qui touchera encore plus durement les femmes.

COMMENT VOUS ET LA COOPÉRATIVE RECEVEZ-VOUS L’AIDE DE CARE?

CARE nous aidait déjà avant la crise. En ce moment, ses bénévoles nous appellent et nous envoient des messages pour nous demander comment nous allons; c’est d’un grand secours sur le plan moral. En plus de leurs conseils, ils nous avaient déjà donné des masques et des gants – des fournitures qu’ils nous recommandaient d’utiliser à titre de bonne pratique. Nous nous en servons toujours, mais maintenant pour nous protéger de la COVID-19.

COMMENT PENSEZ-VOUS VOUS ADAPTER?

Nous étudions les possibilités de fabriquer un autre type de produit dont la communauté a actuellement besoin. Nous cherchons des moyens de nous adapter d’ici à ce que la crise passe. Faire partie de cette coopérative nous permet d’allier nos forces et de trouver des solutions collectives. La possibilité d’échanger les unes avec les autres nous remonte aussi le moral et nous fait prendre conscience que nous ne sommes pas seules.

Je donnerais le conseil suivant à d’autres petites entreprises d’ici et d’ailleurs : ne vous laissez pas abattre, il faut tenir bon. Nous trouverons bien de nouvelles façons d’aller de l’avant. En tant que femmes, nous devons nous montrer solidaires les unes envers les autres et croire en nous-mêmes.

CARE VEILLE À CE QUE LES FEMMES ET LES JEUNES FILLES DISPOSENT DES OUTILS ET DE L’APPUI NÉCESSAIRES POUR SURVIVRE À CETTE CRISE ET CONTRIBUER À FAIRE DE CE MONDE UN ENDROIT PLUS JUSTE ET PLUS APTE À RÉSISTER AUX SITUATIONS DIFFICILES. VOTRE DON D’AUJOURD’HUI VIENDRA EN AIDE À DES FEMMES COMME GILDA.