Coopérative de femmes à Tahannaout De gauche à droite : Said (conseiller en coopératives pour CARE Maroc); Battina (fille de Nejat); Nejat (fondatrice et présidente de la coopérative); Esma (amie de Battina et soutien de la coopérative); Claire (membre de l’équipe de CARE à Marrakech); Anne-Sophie (ADP de CARE Maroc et responsable du projet ADEP).

Carnet de voyage de Barbara Grantham – troisième partie : le Maroc

Par Barbara Grantham, présidente et chef de la direction de CARE Canada

Je suis récemment revenue de mon premier voyage en Afrique depuis ma nomination au poste de présidente et de chef de la direction de CARE Canada, en avril 2020. Je souhaitais me rendre sur place pour rencontrer les équipes chargées de nos projets. Ma visite en Zambie et au Maroc s’est révélée particulièrement inspirante. Elle m’a permis de faire la connaissance de personnes extraordinaires et de voir comment CARE et ses partenaires soutenaient le leadership des femmes sur le terrain. Voici un extrait du carnet que j’ai tenu tout au long de ce formidable périple.

Les membres d’une association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC) créée par CARE au début de l’année, dans le cadre du projet Autonomisation des femmes à travers l’entrepreneuriat durable
Les membres d’une association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC) créée par CARE au début de l’année, dans le cadre du projet Autonomisation des femmes à travers l’entrepreneuriat durable (AFED) Crédit : Barbara Grantham, CARE

Jour 1

Lors de ma première journée complète au Maroc, j’ai pris la route en compagnie d’Anne-Sophie Vasseur, coordonnatrice des programmes sur place. Nous nous sommes rendues à Marrakech, où j’ai fait la rencontre des 15 personnes qui composent l’équipe de CARE Maroc. C’est ce groupe qui est chargé de mettre en œuvre le vaste projet Autonomisation des femmes à travers l’entrepreneuriat durable (AFED), financé par Affaires mondiales Canada. Il est codirigé par Imanne Akhezzane à Marrakech et par Anne-Sophie à Casablanca.

Marrakech est une ville sensationnelle : histoire, architecture et atmosphère y sont remarquables… La chaleur l’était d’ailleurs tout autant durant nos deux jours de voyage, puisque le thermomètre affichait 43 degrés Celsius. Autant vous dire que j’étais bien contente d’avoir pris des robes en lin!

Après une brève visite du bureau de Marrakech, une partie de l’équipe et moi-même avons mis le cap vers le sud de la ville, plus précisément vers la province d’Al Haouz et les montagnes de l’Atlas. Nous nous sommes alors rendus dans un petit bâtiment qui abrite les activités d’une toute nouvelle association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC). Elle a été créée par CARE au début de l’année dans le cadre du projet AFED. L’après-midi qui a suivi a véritablement été extraordinaire.

Après une cérémonie du thé organisée par les 17 femmes de l’association pour nous accueillir, nous avons partagé un souper typiquement marocain avec la présidente et 2 autres représentantes de l’AVEC. J’ai ensuite pu observer une des réunions habituelles du groupe et fait connaissance avec ses membres de façon plus informelle. Plusieurs femmes ont alors livré des témoignages personnels sur leur expérience au sein de l’AVEC et sur ce que cette initiative représentait pour elles.

Puis, autour d’un thé et de quelques friandises, nous avons discuté de certaines des entreprises lancées par les membres de l’association. Quelques-unes d’entre nous se sont appliqué du henné sur les mains, mais nous avons surtout bavardé, appris de nouveaux mots et échangé des histoires et des photos de nos enfants et de notre famille. Nous avons également parlé du sens que chacune des membres donnait à son expérience avec CARE, aussi bien au chapitre de son indépendance que de ses moyens de subsistance ou de la réalisation de ses rêves et de ceux de son entourage.

Je conserve un souvenir indélébile et profondément ému de l’après-midi que nous avons passé ensemble.

Latifa (deuxième personne à partir de la gauche), agente encadrant les AVEC de CARE Maroc, pose avec la présidente de l’association et deux autres membres.
Latifa (deuxième personne à partir de la gauche), agente encadrant les AVEC de CARE Maroc, pose avec la présidente de l’association et deux autres membres. Crédit : Barbara Grantham, CARE
Les mains de Barbara décorées au henné.
Les mains de Barbara décorées au henné.

Jour 2

Aujourd’hui, nous avons quitté Marrakech pour regagner les montagnes et visiter une coopérative de femmes soutenue par CARE à Tahannaout. Une fois sur place, nous avons fait la rencontre de Nejat, la fondatrice, de sa fille Battina, et de l’amie de celle-ci, Esma.

Composée de près de 20 personnes, la coopérative fabrique de magnifiques textiles et articles de mode à la fois abordables et respectueux de l’environnement, qui assurent à ces femmes une source de revenus digne. C’est grâce aux filles de certaines des membres que le groupe se familiarise aujourd’hui avec des techniques de production plus modernes, des méthodes de marketing innovantes et de nombreux autres outils.

J’ai trouvé qu’il était stimulant et passionnant de voir ces femmes à l’œuvre – bon d’accord, j’ai fait quelques emplettes… Après un délicieux dîner au bureau de Marrakech avec l’équipe de CARE, Anne-Sophie et moi avons repris la route vers Casablanca, où le temps était certes moins chaud qu’à Marrakech, mais beaucoup plus humide.

Nejat (au centre), fondatrice et présidente de la coopérative, en compagnie de sa fille Battina et de l’amie de celle-ci, Esma.
Nejat (au centre), fondatrice et présidente de la coopérative, en compagnie de sa fille Battina et de l’amie de celle-ci, Esma. Crédit : Barbara Grantham, CARE
Barbara, Latifa – agente encadrant les AVEC de CARE Maroc – et trois membres de l’association.
Barbara, Latifa – agente encadrant les AVEC de CARE Maroc – et trois membres de l’association.

Jour 3

Hlima, directrice nationale de CARE Maroc, et moi-même nous sommes rendues à Rabat, la capitale. Nous allions y rencontrer Nell Stewart, ambassadrice du Canada au Maroc, et Jean Touchette, chef de Coopération Canada dans le pays. La réunion s’est avérée fructueuse. Hlima et nos équipes auront d’ailleurs plusieurs suivis à effectuer dans les semaines à venir.

Barbara (à gauche) et Hlima, directrice nationale de CARE Maroc, devant l’entrée des ambassades du Canada et d’Australie à Rabat, au Maroc.
Barbara (à gauche) et Hlima, directrice nationale de CARE Maroc, devant l’entrée des ambassades du Canada et d’Australie à Rabat, au Maroc. Crédit : Barbara Grantham, CARE

Le dernier jour

J’ai passé une bonne partie de la journée avec l’équipe de CARE Maroc au bureau de Casablanca, afin de me faire une idée de l’ensemble de ses activités et de la stratégie à long terme de CARE dans le pays. Pour conclure cette merveilleuse semaine, nous avons soupé ensemble dans un restaurant marocain traditionnel, où un groupe jouait de la musique magnifique. 

Sur ce, j’ai pris mon vol de retour vers Ottawa, avec un nouveau bagage en main – magasinage à la coopérative oblige…

Pour moi, cette expérience a été extraordinaire sur tous les plans. J’ai en effet pu voir le travail de CARE et me rendre compte de son importance pour tant de gens. J’ai aussi eu l’occasion de passer du temps avec nos partenaires et les personnes qui nous soutiennent. J’ai enfin eu la chance de faire la rencontre et la connaissance des équipes qui, avec fierté, travaillent pour CARE, le dirigent ou le représentent dans cette partie du monde. Je garderai gravés dans ma mémoire mes précieux échanges avec ces femmes, ces jeunes filles, ces hommes et ces jeunes garçons qui sont parvenus à améliorer leur vie et celle de leur communauté, unis dans un même élan pour bâtir un monde plus égalitaire. Enfin, je n’oublierai pas non plus mon émotion lorsque j’ai constaté, compris et défendu avec force notre action sur le terrain en faveur du leadership des femmesune mission essentielle qui transformera la vie de tous les membres de leur entourage.