Crise de réfugiés au Myanmar

Crise de réfugiés au Myanmar

LE CONTEXTECrise de réfugiés au Myanmar

En date du 25 août 2017, plus de 655 000 personnes de l’État de Rakhine au Myanmar avaient fui leur foyer pour trouver refuge au Bangladesh après une flambée de violence. Ces 600 000 personnes se sont additionnées aux quelque 200 000 autres ayant fui auparavant. La plupart des réfugiés, soit près de 80 %, sont des femmes, des enfants et des bébés.

Des milliers de personnes fuient chaque semaine. De ce nombre, plusieurs ne peuvent se rendre à destination puisque des embarcations chavirent et causent des noyades. La majorité des gens ayant fui vivent dans des camps de fortune, des champs et des chemins boueux dans la ville portuaire de Cox’s Bazar au Bangladesh, située près de la frontière du Myanmar.

Cet exode met une énorme pression sur le gouvernement du Bangladesh et les communautés locales déjà aux prises avec des problèmes de pauvreté.

Les gens ont désespérément besoin d’abris, de vivres, d’eau potable, de mesures d’hygiène et de services de santé. Un grand nombre d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition sévère et une épidémie de choléra est à craindre. Les femmes et les filles sont tout particulièrement à risque. L’équipe de CARE a d’ailleurs rencontré plusieurs femmes qui, lors de leur trajet pour échapper au Myanmar, ont vécu des expériences horribles de violence sexuelle, notamment des viols et des situations de traite de personnes.

DONNEZ MAINTENANT

INTERVENTIONS DE CARE

  • Jusqu’à présent, CARE a procuré du secours à plus de 190 000 personnes en leur offrant de l’aide d’urgence axée sur la nourriture, les abris, les services pour lutter contre la violence sexiste, la santé sexuelle et reproductive, les mesures d’hygiène et la nutrition.
  • CARE contribue actuellement à identifier et à traiter les cas de malnutrition sévère chez les enfants de moins de cinq ans. 
  • Au cours des prochains mois, CARE distribuera des trousses d’hygiène et des trousses d’accouchement sans risque, en plus de fournir des services de santé portant notamment sur la santé sexuelle, reproductive et maternelle.
  • Durant les prochaines semaines, quatre espaces « amis des femmes » seront créés par CARE à l’intention de 30 000 réfugiées victimes de violence sexiste afin de sensibiliser la population à l’importance des soins d’urgence et d’établir des guichets d’accès à des services médicaux cruciaux et à du soutien psychosocial.
  • CARE mettra aussi en place trois cliniques médicales mobiles où les femmes et les adolescentes pourront se rendre pour obtenir du soutien en matière de planification familiale ainsi que de santé maternelle et de soins infantiles.

CARE travaille au Bangladesh depuis 1949 et possède une vaste expérience pour agir lors des catastrophes humanitaires. Durant de nombreuses années, CARE a été présente dans le district de Cox’s Bazar, où la plupart des réfugiés ont trouvé refuge, déployant de grands efforts dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la réduction des risques de désastres, de l’autonomisation des femmes et des réponses d’urgence. Ces cinq dernières années, CARE Bangladesh a offert une assistance essentielle à plus de 450 000 personnes.

NOUVELLES RÉCENTES

Maimuna a fui sa maison au Myanmar en raison du conflit - tout pendant qu'elle était sur le point de donner naissance à son premier enfantAccoucher dans un camp de réfugiés au Bangladesh : l’histoire de Maimuna

20 oct 2017 | Maimuna a fui sa maison au Myanmar en raison du conflit - tout pendant qu'elle était sur le point de donner naissance à son premier enfant. Maimuna nous offre son récit. Lire la suite >>

 

Roida a 10 ans. Elle vient d’un village du Myanmar. Elle a fui avec sa famille la flambée de violence qui sévit au Myanmar. Elle est arrivée au Bangladesh comme réfugiée en septembre 2017.

La crise des réfugiés au Bangladesh : « Quand je pense au Myanmar, c’est de mon père dont je m’ennuie le plus »

10 oct 2017 | Roida, Abdu et Hossein - trois enfants qui ont fui leurs maisons au Myanmar en raison de la violence - vivent maintenant dans le camp de Balukhali au Bangladesh. Ils nous disent dans leurs propres mots ce qu'ils ont enduré et ce qu'est la vie dans le camp. Lire la suite >>