la SITUATION

Au début de mars 2019, d’intenses précipitations ont causé de graves inondations dans certaines régions du Malawi et du Mozambique. Ce système météorologique, qui s’est peu à peu transformé en cyclone tropical de catégorie 3, nommé Idai, s’est abattu le 14 mars près de la ville de Beira, au Mozambique. La tempête a poursuivi sa course dans les terres et jusqu’au Zimbabwe.

Une deuxième tempête, le cyclone Kenneth, a suivi six semaines plus tard. Plus de trois millions de personnes ont été touchées au Mozambique, au Malawi, en Tanzanie et au Zimbabwe. Plus de 1 000 personnes sont mortes sous les vents violents et les inondations et des dizaines de milliers d'autres ont perdu leur maison.

Les tempêtes, associées aux sécheresses chroniques et aux épidémies de ravageurs dans la région, ont exacerbé la crise de la faim.

Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, 80% de la population du Mozambique ne peut supporter les coûts minimaux d'un régime alimentaire adéquat. Le cyclone Idai a détruit plus de 700 000 hectares de cultures comprenant du maïs, des arachides, du manioc, des haricots et du riz.

Les personnes touchées par le cyclone ont besoin de votre aide.

L’INTERVENTION DE CARE

CARE accorde une importance particulière aux femmes et aux jeunes filles. Si ces dernières sont particulièrement vulnérables en période de crise, elles possèdent aussi des capacités susceptibles d’aider leur communauté à surmonter la tragédie.

Au Mozambique,

CARE prévoit d’intensifier sa réponse en distribuant des semences pour les cultures à cycle court et long afin d’aider les agriculteurs à replanter leurs champs. CARE travaillera avec les agriculteurs pour améliorer leurs compétences en agriculture et veiller à ce qu'ils cultivent des cultures plus résilientes au changement climatique. Nous allons également promouvoir la diversification des activités économiques pour faire en sorte que les agriculteurs aient une source de revenu alternative et deviennent plus résistants aux chocs causés par le changement climatique.

«Jusqu'à présent, nous avons distribué du riz, des pois et de l'huile; mais l'aide alimentaire n'a pas suffi à répondre aux besoins de la population touchée. De nombreuses familles n’ont pas encore reçu d’aide pour la campagne agricole suivante, ce qui augmentera le nombre de personnes qui n’auront pas assez à manger au cours des prochains mois », a déclaré Enma Reyes, coordinatrice des moyens de subsistance de CARE Mozambique.

Au Malawi, CARE a distribué aux personnes évacuées à la suite de la tragédie des milliers de bidons d’eau et de bâches en plastique. Les experts de CARE ont en outre mis en place au sein des camps 21 comités de protection chargés de veiller à la sécurité des femmes et des jeunes filles.

Au Zimbabwe, CARE a trait à l’eau potable, à l’assainissement, aux abris, à la nourriture et à la subsistance. CARE a également distribué des trousses d’hygiène et d’autres fournitures d’urgence.