Aperçu du projet

  • Projet : Cultiver la nutrition chez les femmes et les enfants (GROW)
  • Objectif : Améliorer la nutrition des femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) et des enfants de moins de 5 ans
  • Groupes cibles : personnes pauvres, mères en situation d’insécurité alimentaire, nouveau-nés et enfants
  • Où : Éthiopie, régions d’Oromia (Hararghe de l’Est et de l’Ouest) et région d’Afar
  • Période : 2016 à 2020 (4 ans)

Le problème

En Éthiopie, la malnutrition compte maintenant parmi les principaux problèmes qui affectent la population générale et, de façon plus inquiétante, les enfants et les femmes. L’Enquête démographique et de santé (EDS) réalisée en Éthiopie en 2016 a révélé qu’au lieu de diminuer, la malnutrition avait continué de progresser chez les enfants de moins de 5 ans. Plus spécifiquement, l’enquête a fait ressortir que 38 % des enfants souffraient de malnutrition chronique, 10 % étaient aux prises avec une malnutrition grave et 24 % présentaient une insuffisance pondérale.

Les taux de mortalité infantile et juvénile sont restés élevés en Éthiopie, et ce, malgré une baisse significative ayant passé de 97 décès pour 1000 naissances vivantes en 2000 à 48 en 2016. Par ailleurs, le taux de mortalité des moins de cinq ans a nettement diminué pour passer de 166 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2000 à 67 en 2016. De plus, les chiffres clés suivants ont très peu changé ces 10 dernières années en Éthiopie : seulement 57,5 % des bébés sont exclusivement allaités jusqu’à l’âge de 5 mois; 23 % des femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) ont une prévalence d’anémie; et uniquement 7 % des enfants ont une alimentation minimale acceptable.

Ce que fait CARE

Le projet Cultiver la nutrition chez les femmes et les enfants (GROW) vise à améliorer la santé nutritionnelle des femmes en âge de procréer et des enfants de moins de cinq ans. Porté par une collaboration avec les autorités locales de santé ainsi que par les communautés, le projet cherche à renforcer la bonne marche et la responsabilisation de politiques et de programmes en matière de nutrition équitables pour les femmes et les hommes. Selon des estimations, le programme GROW devrait contribuer à l’amélioration de la santé de 188 958 femmes, enfants et hommes de manière directe, et de 825 218 personnes de manière indirecte.

GROW est une initiative de 21,4 millions $CAD qui vise à lutter contre la malnutrition de femmes en âge de procréer et d’enfants de moins de cinq ans. GROW est une plateforme de collaboration entre CARE, Cuso International, l’Université McGill, le gouvernement de l’Éthiopie (ministères de la Santé, de l’Agriculture, de la Condition féminine, ainsi que des Mines, de l’Eau et de l’Irrigation), de même que les Affaires mondiales Canada. GROW est un projet étalé sur une période de 4 ans, soit de janvier 2016 à mars 2020.

GROW aidera à l’établissement de changements durables dans la vie d’une multitude de bénéficiaires, notamment en :

  • fournissant de la formation à des travailleurs de la santé pour qu’ils offrent des conseils diététiques et des traitements vitaux à ceux qui souffrent de malnutrition;
  • fournissant des équipements et des fournitures, comme des toises pour mesurer la taille des personnes, des rubans pour mesurer la circonférence des bras et des pèse-personnes permettant d’assurer une surveillance de la croissance;
  • sensibilisant les membres des communautés à privilégier de saines habitudes alimentaires, incluant des démonstrations culinaires faisant participer des femmes et des hommes, afin d’encourager le choix d’aliments nutritifs et de transformer les inégalités et le partage des tâches dans les foyers;
  • soutenant des jardins potagers communautaires grâce à la distribution de graines résistantes à la sécheresse et d’équipements, et aussi en enseignant aux communautés des méthodes améliorées de plantation et de fertilisation;
  • facilitant l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires par la construction ou le réaménagement de puits et de points d’eau ainsi que de latrines et de stations de lavage des mains;
  • incitant les groupes communautaires à contrôler, réhabiliter, surveiller, entretenir et réparer les puits et les latrines;
  • créant ou renforçant les Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC), permettant ainsi aux femmes de se rallier et d’économiser en groupe pour emprunter et démarrer de petits commerces ou pour accéder à des soins de santé;
  • facilitant les échanges entre les communautés et les fournisseurs de services afin d’identifier et de combler les lacunes qui affectent de façon disproportionnée l’accès des femmes à des services de santé de qualité;
  • encourageant les hommes, les leaders traditionnels, les belles-mères et d’autres personnes d’influence à favoriser des activités participatives, le théâtre au service du développement, le dialogue communautaire et d’autres techniques de mobilisation.

Objectifs du projet

  • 188 958 femmes, enfants et hommes directement aidés
  • Plus de 825 218 personnes indirectement rejointes

Partenaires