CONTEXTE

Le 28 septembre, un tremblement de terre et un tsunami ont frappé les îles indonésiennes des Célèbes (Sulawesi). Plus de 2 000 personnes ont été tuées et plus de 200 000 personnes ont été déplacées.

Le gouvernement indonésien estime que 68 000 maisons ont été endommagées par le séisme suivi du tsunami dans la ville côtière de Palu et la région densément peuplée de Donggala. Les routes et les égouts ont aussi été sévèrement endommagés ainsi que les installations en approvisionnement d’eau.

LES INTERVENTIONS DE CARE

  • CARE vise à soutenir un total de 50 000 personnes dans les régions de Donggala, Palu et Sigi - qui comprennent certaines des communautés les plus éloignées - avec de l’eau, des installations d’assainissement, un abri et des moyens de subsistance.
  • CARE se penchera particulièrement sur les impacts du séisme sur les femmes et les filles, lesquelles sont souvent affectées de manière disproportionnée par les désastres naturels de ce genre et davantage à risque de subir des violences sexuelles et sexistes ; bien souvent, leurs voix et leurs besoins sont les moins entendus. Parmi les premiers gestes d’aide, nous distribuerons des trousses aux femmes et aux filles comprenant des sarongs, des serviettes hygiéniques et d’autres articles de première nécessité.
  • CARE fournira aussi des kits d’abris d’urgence aux familles, incluant des bâches, des nattes de couchage, des couvertures et des lumières solaires qui permettront aux gens ayant perdu leur foyer de survivre durant le long processus de reconstruction.

CARE possède des bureaux au sud de l’île de Sulawesi, à Makassar, où elle est à l’œuvre depuis près de 30 ans.

CARE travaille en Indonésie depuis 1967. Ses premières actions ont été axées sur la distribution alimentaire, des petits projets d’infrastructure, l’environnement ainsi que l’eau et l’assainissement. En 2004, CARE Indonésie a été l’un des premiers répondants à agir lors du tsunami qui a frappé l’Asie du Sud. CARE Indonésie a pour principale priorité d’offrir une réponse d’urgence et des mesures de réduction des risques de catastrophes, tout particulièrement au bénéfice des femmes et des filles. Toutes ses autres activités névralgiques sont centrées sur les femmes et les jeunes, qu’il s’agisse de gestion intégrée des risques (résilience, sécurité alimentaire et changement climatique), d’autonomisation économique et de leadership, ou encore d’eau, d’assainissement et d’hygiène.