Kristina dans un abri d’urgence à Lviv, en Ukraine, avec sa peluche aussi prénommée Kristina. Crédit photos : Roman Yeremenko/CARE

UKRAINE : QU’EMPORTERIEZ-VOUS SI VOUS DEVIEZ FUIR DANS L’URGENCE?

Depuis l’escalade du conflit le 24 février dernier, plus de 13 millions de personnes ont dû quitter leur foyer en Ukraine. La plupart n’ont pu emporter que quelques produits de première nécessité et ont presque tout laissé derrière elles. Dans les périodes d’incertitude, de traumatisme et de peur, ce sont parfois de petits riens qui nous redonnent force et espoir, et particulièrement des objets du quotidien qui nous rappellent la maison. Voici ce que certains ont pris dans leurs bagages avant de devoir fuir.

Daria, 30 ans, prend la pose avec ses filles Sofiia et Serafym, sa mère Tetiana, sa grand-mère Nina et ses chiens Motia et Mischa, dans un foyer d’accueil d’urgence à Lviv, en Ukraine.
Daria, 30 ans, prend la pose avec ses filles Sofiia et Serafym, sa mère Tetiana, sa grand-mère Nina et ses chiens Motia et Mischa, dans un foyer d’accueil d’urgence à Lviv, en Ukraine.

« Nous sommes tout simplement heureuses d’être réunies et d’avoir pu emmener l’arrière-grand-mère de mes enfants. Nos chiens nous donnent également de la force », confie Daria.

Il y a trois mois, cette famille a dû fuir Kharkiv pour Lviv, où elle vit aujourd’hui dans un refuge. Nina, l’arrière-grand-mère, ressent un certain vague à l’âme quand elle repense à sa maison.

Elle raconte : « Mon jardin et mes fleurs me manquent. Nous avons dû fuir sans préavis et tout quitter dans l’urgence. À l’époque, je voulais planter un sapin. Mon arbre m’attend toujours dans un seau d’eau à la maison. »

Natalia et sa fille Kristina dans un foyer d’accueil d’urgence à Lviv, en Ukraine.
Natalia et sa fille Kristina dans un foyer d’accueil d’urgence à Lviv, en Ukraine.

« C’est peut-être bête, mais je n’ai pris qu’un bol et un couteau avant de partir. Comme personne n’avait prévu de devoir quitter la maison aussi longtemps, nous n’avons pas emporté grand-chose », explique Natalia.

Elle a fui Mykolaïv avec sa famille et vit désormais, elle aussi, dans un refuge à Lviv.

Elle précise : « Nous n’avions pour tout bagage qu’un sac à dos par personne. »

Kristina, sa fille, a pour sa part emporté deux peluches, un chat et un cochon. « Toutes les deux s’appellent aussi Kristina », lance-t-elle.

Sasha at the emergency shelter in Lviv, Ukraine.
<p><em>Sasha, 15, at the emergency shelter in Lviv, Ukraine.</em></p>

<p>&nbsp;</p>

<p>On March 10, Sasha and his family fled from Mykolaiv to Lviv and now live in a shelter. He brought two comic books, his Rubik&rsquo;s Cube, and some drawing materials. He loves to draw. &ldquo;I want to use the money for my paintings to help children with cancer&rdquo;, says Sasha. He also suffered from cancer for five years.</p>

<p>&nbsp;</p>

<p>The shelter opened on March 16 and currently hosts 105 residents. More than 2,000 people have already passed through the shelter. A third of them children.&nbsp;The shelter accepts everyone - also pets, which is something special. Not all shelters accept the pets of the displaced.</p>

<p>&nbsp;</p>

<p>CARE and its partners help internally displaced people in Ukraine with food, water, hygiene products and other daily necessities. Shelters receive support with rehabilitation measures, equipped with furniture and kitchen appliances.&nbsp;</p>

Quant à Sasha, le frère de Natalia, il a pris avec lui deux bandes dessinées, son cube Rubik et du matériel de peinture. Il aime en effet dessiner et souhaiterait vendre ses toiles à l’encan.

« Je voudrais utiliser cet argent pour aider les enfants atteints d’un cancer », confie Sasha, qui a lui-même souffert de cette maladie durant cinq ans.

<p>Maya, 62, at an emergency shelter in Ivano-Frankisvsk, two hours by car from Lviv, Western Ukraine.</p>

<p>&nbsp;</p>

<p>Maya, 62, decided to flee when the fighting came closer to her home. &ldquo;It sounded like rain, but there were no clouds. When I stepped out onto the balcony a missile flew by. That&rsquo;s when I decided to flee West&ldquo;, she says. She now lives in a shelter in Ivano-Frankisvsk, Western Ukraine. The two most precious tings she brought with her are a shirt from her husband who passed away a few years back and a picture of both of them on her phone.</p>

<p>&nbsp;</p>

<p>CARE and its partners support shelters for internally displaced people in Ukraine financially and with rehabilitation measures, furniture, and kitchen appliances. Additionally, CARE and its partners help with food, water, hygiene products and other daily necessities. Hospitals and health facilities are supported with medical equipment and medicine.</p>

<p>&nbsp;</p>

« J’ai d’abord pensé au son de la pluie, mais le ciel était limpide. Je suis donc sortie sur le balcon et j’ai vu un missile filer à toute vitesse. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de fuir vers l’Ouest », se souvient Maya.

Maya vit désormais dans un refuge à Ivano-Frankivsk. Ayant perdu son mari quelques années plus tôt, elle a dû interrompre sa carrière de chanteuse à cause de la COVID-19. Quand la guerre s’est intensifiée pour arriver à sa porte, Maya s’est retrouvée en état de choc et n’a emporté que l’essentiel. Les deux objets les plus précieux qu’elle a pris dans ses bagages sont la chemise qu’elle porte – elle appartenait à son mari – et une photo d’eux sur son téléphone cellulaire.

L’action de CARE et de ses partenaires pour aider les personnes touchées par la crise humanitaire en Ukraine

Environ 6 mois après l’escalade du conflit, CARE et ses partenaires sont venus en aide à plus de 466 000 personnes touchées par la crise en Ukraine, en Pologne, en Roumanie, en Géorgie et en Allemagne. En Ukraine justement, notre priorité est de répondre aux besoins les plus urgents des familles restées sur place. Nous leur fournissons des médicaments vitaux, de la nourriture et de l’eau potable, ainsi que des trousses d’hygiène, une aide financière et un soutien psychosocial. Nous travaillons également en étroite collaboration avec nos partenaires en vue d’offrir une aide accrue aux populations les plus vulnérables : femmes, enfants et personnes âgées ou ayant des besoins particuliers. Nous nous efforçons de leur proposer un soutien adapté et d’assurer leur sécurité.

Aidez CARE à fournir un soutien d’urgence aux personnes touchées par la guerre en Ukraine.