S’adapter à la pandémie

CARE aspire à créer un monde plus égalitaire, et cette mission est plus pertinente que jamais. Bien que la COVID-19 nous ait forcés à adapter nos façons de faire, nous sommes plus déterminés que jamais à lutter contre la pauvreté, à sauver des vies en situation d’urgence et à créer un monde meilleur.

Si notre mission transcende les frontières, nos interventions, elles, sont déployées à l’échelle locale. En effet, ce sont les personnes qui vivent dans les communautés de quatre coins du monde qui font bouger les choses, que ce soit en animant des ateliers de formation, en faisant du bénévolat, en sensibilisant la population, en distribuant des articles de première nécessité et bien plus encore. Mais comment pouvons-nous réaliser ce travail colossal de concert alors que nos vies ont été chamboulées par la COVID-19? Voici quelques pistes de réponses.

CARE's Women's Voice and Leadership work in Kenya

S’assurer de ne laisser personne derrière

Des partenaires locaux de nos programmes visant à porter les voix des femmes et à développer leur leadership, financés par le gouvernement du Canada et implantés au Kenya, s’assurent que les femmes ont les outils nécessaires pour se faire entendre, exprimer leurs besoins et participer au processus décisionnel.

Le Center for Livelihood Advancement Kenya :

  • A aidé des travailleuses et travailleurs du pays à accéder à des produits d’hygiène et à des trousses d’information;
  • A contribué à prévenir la violence sexiste par des messages de sensibilisation diffusés dans les médias et la mise en service d’une ligne sans frais qui peut être utilisée pour dénoncer toute forme de violence dont travailleuses et travailleurs pourraient être victimes en situation d’emploi.

L’Affected Population Health and Legal Rights Alliance du Kenya :

  • A établi les lignes directrices visant à prévenir l’exposition à la COVID-19 des travailleuses et travailleurs du sexe, qui ont été diffusées sur les médias sociaux;
  • A mis en place une ligne téléphonique qui peut en tout temps être utilisée pour dénoncer la violence.

Le Kenya National Deaf Women Peace Network :

  • A conçu et distribué, à l’intention des enfants, des jeunes et des adultes sourds, du matériel visant à prévenir la COVID-19 en langue des signes kényane;
  • A veillé à ce que les médicaments essentiels soient livrés aux personnes qui ne sont pas en mesure de se les procurer ou de se rendre à la clinique et a permis à ces personnes de se déplacer jusqu’au lieu de leur rendez-vous, au besoin;
  • A offert des conseils et du soutien psychosocial aux familles touchées par la COVID-19.

Toutes ces mesures permettent aux personnes souvent marginalisées d’accéder à l’information et aux ressources dont elles ont besoin pour prévenir la COVID-19 et en reconnaître les symptômes.

De l’argent comptant à portée de main

En situation d’urgence, CARE offre du soutien aux personnes vulnérables sous forme d’argent comptant et de bons d’achats, ce qui permet à ces personnes d’évaluer leurs besoins et de faire leurs achats en conséquence. Ces mesures contribuent également à renforcer l’économie locale.

  • CARE communique avec les Équatoriennes et les Équatoriens par téléphone ou grâce à l’application WhatsApp. Un code bancaire leur est ensuite attribué, et des indications précises leur sont données quant à la manière de retirer l’argent dans un guichet automatique. Une fois le processus terminé, ils sont invités à remplir un sondage visant à évaluer leur satisfaction.
  • En Somalie et en Éthiopie, CARE a remplacé son système de rémunération en espèces par un système d’allocation universelle par téléphone mobile, ce qui permet de diminuer les risques associés aux contacts entre personnes.
  • Au Mali, un système de bons d’achats alimentaires numérique permet aux personnes dans le besoin de nourrir leurs familles pendant le confinement.
  • En Tanzanie, le projet TAMANI de CARE, de concert avec VIAMO, une entreprise de téléphonie mobile, a permis la conception de messages SMS visant à sensibiliser la population à la COVID-19 et à prévenir la contagion. Ces messages interactifs et enregistrés seront diffusés pendant quatre mois.
dole777-EQSPI11rf68-unsplash_web

Exploiter le pouvoir des médias sociaux

Les médias sociaux ont un fort pouvoir de mobilisation, et c’est particulièrement vrai en temps de pandémie.

  • Au Bénin et au Togo, CARE utilise les médias sociaux pour transmettre à ses partenaires, aux membres des groupes d’épargne et de crédit et à la population en général des renseignements relatifs à la prévention et aux symptômes de la COVID-19. Les animatrices et animateurs communautaires donnent des formations par l’entremise de l’application WhatsApp, et les réunions avec les membres du personnel, nos partenaires et les donateurs se poursuivent sur la plateforme Zoom.
  • En Égypte, CARE sensibilise les personnes réfugiées et leur transmet de l’information par l’entremise de balados.
  • En partenariat avec une maison d’édition locale, CARE utilise Facebook pour communiquer en trois langues avec la population éthiopienne.

À ce jour, 41 pays où CARE déploie des interventions utilisent maintenant les nouvelles technologies mises à leur disposition (en anglais) que ce soit pour concevoir des applications permettant la transmission de messages textes aux participantes et aux participants, ou encore en organisant des forums et des marchés virtuels.

AminaAbdi_Dadaab-panorama

Utuliser les ondes pour transmettre des messages

  • À Marawi, aux Philippines, CARE travaille à la conception d’une émission radiophonique pendant laquelle des messages portant sur la prévention de la COVID-19, entre autres recommandations sanitaires, seront régulièrement diffusés dans la langue parlée par les résidents locaux.
  • En Tanzanie, CARE s’est appuyé sur les résultats d’une brève analyse comparative entre les sexes pour concevoir des émissions d’infovariétés radiophoniques qui permettront la tenue de discussions sur la violence sexiste. Les policiers seront ainsi mieux outillés pour offrir du soutien aux victimes de cette forme de violence.
  • Dans le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, les partenaires de CARE du domaine de l’éducation utilisent les stations de radio pour transmettre des connaissances aux jeunes et leur permettre de prendre part à la discussion (en anglais) en leur demandant de communiquer avec la station pour poser des questions ou répondre à celles de l’animatrice ou de l’animateur.

Allouer des fonds à celles et ceux qui en ont le plus besoin

Au Soudan, des fonds ont été redistribués pour permettre à CARE d’aider les communautés du Darfour de l’Est et du Sud à répondre rapidement et efficacement à la COVID-19. Pour ce faire, l’organisme s’est approvisionné en trousses d’hygiène féminine qu’il a distribuées dans des camps de personnes déplacées, a fourni des équipements de protection individuelle (EPI) et du désinfectant pour les mains au personnel soignant local ainsi qu’aux travailleuses et aux travailleurs communautaires et a constitué des réserves d’articles de première nécessité (nourriture et oxygène, notamment). En cas d’urgence, ces articles pourraient sauver des vies, particulièrement dans les régions les plus éloignées qui ont un accès très limité aux hôpitaux.

<p style="margin-left:0cm;margin-right:0cm">***Mobole phone images. Suitable for web, online and social media***</p>
<p style="margin-left:0cm;margin-right:0cm"><span style="font-size:11pt"><span style="background-color:#b4c6e7"><strong><span style="font-size:12.0pt">Chrysalis&rsquo;s Enterprise Project Grantees&rsquo; response to the Covid-19 Crises in Sri Lanka </span></strong></span></span></p>
<p style="margin-left:0cm;margin-right:0cm"><br />
<span style="font-size:11.0pt">The European Union funded ENTERPRISE aims to create an enabling environment for women and youth to create and participate in small and medium enterprises (SMEs).&nbsp; Targeting the Uva and Central Provinces, it uses inclusive business models to celebrate the diverse perspectives and experiences of those involved while ensuring profitability. ENTERPRISE will also incubate enterprises, and seek to amplify women and youth voices in economic decisions and influence over SME policies that impact them.&nbsp; Innovative businesse are developed to support and complement existing government services and fill existing gaps. Employment creation ensures income security for the poor through a combination of direct employment and ensuring markets for their products. ENTERPRISE also takes a take a lead on understanding the gendered implications of why women and youth are not able to take part in SMEs and the social and structural issues preventing women to work to their full potential. The project is implemented by CARE Deutschland-Luxemburg in partnership with Chrysalis and the British Council in Sri Lanka. </span></p>
<p style="margin-left:0cm;margin-right:0cm"><span style="font-size:11.0pt">With the number of Covid-19 infected patients increasing gradually in the country, the Government declared an emergency and imposed curfew to slow down the spread of the virus. The challenges of running small businesses have slowly multiplied due to the lockdown and social distancing required to minimize the r

Revoir les modèles d’affaires pour maintenir les femmes en entreprise

Comme nous avons pu le constater, la COVID-19 a fragilisé les entreprises partout dans le monde ‒ particulièrement les petites entreprises dirigées par des femmes. Les taux de chômage ont grimpé en flèche, et contrairement à ce que nous avions observé lors des crises économiques antérieures, les femmes, qui sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à évoluer dans l’un des secteurs où les restrictions sanitaires sont les plus contraignantes, celui des services, ont été les plus fortement touchées par ces pertes d’emploi.

Mais il existe des solutions pour aider les travailleuses et travailleurs à réintégrer le marché du travail, créer des emplois et faire baisser le taux de chômage, et CARE travaille activement à les mettre en place.

  • En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, le projet OBADER de CARE financé par le gouvernement du Canada, aide les femmes propriétaires de petites entreprises à intégrer les technologies numériques à leurs modèles d’affaires de manière à poursuivre leurs activités pendant le confinement.
  • De nombreux travailleurs et travailleuses de l’industrie du vêtement et du textile ont su tirer avantage de la pandémie de COVID-19 en se lançant dans la conception et la vente de couvre-visage. Les groupes de femmes soutenus par CARE ainsi que nos partenaires locaux du Sri Lanka, du Honduras et de l’Ouganda notamment, ont ainsi pu tirer leur épingle du jeu. En effet, ils ont pu continuer de toucher un revenu leur permettant de subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leurs familles tout en fournissant des articles essentiels à leurs communautés.

Grâce à son personnel dévoué qui intervient à l’échelle locale et internationale ainsi qu’à ses généreux donateurs, CARE a pu continuer à mettre en place des solutions en collaboration avec des femmes, des jeunes filles et leurs communautés pour les aider à surmonter certains défis, notamment ceux relatifs aux changements climatiques, à l’autonomisation financière, à la sécurité alimentaire et au soutien en temps de cirse ou de catastrophe, et ce, tout en luttant contre une crise sanitaire mondiale.

Maintenant plus que jamais, nous devons unir nos efforts pour veiller à ce que chaque personne puisse traverser cette crise mondiale et, ainsi, contribuer à créer un monde meilleur et plus égalitaire.