Skip to content

Archive pour août 2017

Une école de cinéma au camp de réfugiés d’Azraq

Scène quotidienne dans une maison de la Syrie. Une jeune fille regarde par la fenêtre pour y observer la rue. Elle y voit les ravages d’une attaque. Le tableau est presque apocalyptique : partout, il y a des corps, de la douleur et de la souffrance. Un vieil homme passe devant le carnage. Il cherche…

Lire la suite

Questionnaire : profil d’employés de CARE Canada

Il n’y a que de bons mots à dire sur les employés de CARE. Le temps qu’ils consacrent à donner et à se donner, leur engagement et leur passion ont réellement eu des répercussions positives sur des millions de personnes vivant dans la pauvreté. Voici l’un des membres inspirants de CARE Canada. Il s’agit d’…

Lire la suite

Un jour dans la vie d’une spécialiste chargée des questions d’égalité au cœur de la crise du lac Tchad

Fatouma Zara est la spécialiste des urgences en matière d’égalité des sexes de l’équipe d’intervention rapide de CARE. Fatouma travaille en collaboration avec nos équipes d’urgence afin de veiller à ce que la dimension du genre demeure au centre de tout ce que nous accomplissons. Les responsabilités de Fatouma l’ont menée dans une multitude de…

Lire la suite

Un jour dans la vie d’une employée de CARE en Somalie, pays de sécheresse

Alors qu’une terrible sécheresse sévit en Somalie, plus de 6,7 millions de personnes y ont besoin de nourriture et d’eau. Le nombre d’enfants qui souffrent de malnutrition sévère est vertigineux : 1,4 million. Parmi eux, 400 000 enfants ne vont plus à l’école puisque les familles les plus vulnérables sont souvent forcées de migrer vers…

Lire la suite

Dadaab : Les femmes, porteuses d’eau mais aussi de responsabilités

Par Ninja Taprogge, agente de communications d’urgence, CARE, au camp de réfugiés de Dadaab (Kenya) Hado Abdi Gedi a fait évoluer sa communauté – mais ce n’a pas été facile. Les hommes ne cessaient de l’approcher, très en colère, l’insultant parfois. Pourquoi? Pace qu’Hado travaille. Plus précisément parce qu’elle fait un travail qui, de tradition,…

Lire la suite