Aucune crise de cette ampleur n’a secoué la planète depuis que CARE a vu le jour au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Déjà, dans le sillage des changements climatiques, les crises humanitaires étaient en hausse et détournaient des ressources d’autres initiatives de longue haleine. Mais à présent, ce sont des décennies de droits durement acquis qui sont en jeu et quelque 150 millions de personnes qui risquent d’être précipitées dans une situation d’extrême pauvreté par la COVID-19. Si des gens, tous genres confondus, sont touchés par la crise, les répercussions sur les femmes, les jeunes filles et les personnes non binaires sont hors de proportion.

Le personnel de première ligne se compose majoritairement de femmes : premières intervenantes, professionnelles de la santé, soignantes, activistes et dirigeantes. Les femmes ont accompli de grandes choses dès qu’elles ont été investies d’un pouvoir d’action. Mais le plus souvent, leurs voix ont été exclues de la prise de décision. Trop d’obstacles ont été laissés sur leur chemin.

ELLES ASSURENT LA SÉCURITÉ DES AUTRES, MAIS ELLES-MÊMES NE SONT PAS À L’ABRI

Les femmes ont fait pression contre l’augmentation des cas de violence sexiste et ont déplacé des montagnes pour protéger les survivantes. Mais voilà que la pandémie a confiné bon nombre d’entre elles sous le même toit que leur agresseur. Ce manque de protection juridique et sociale constitue une véritable « pandémie de l’ombre ».

ELLES SONT EN PREMIÈRE LIGNE DES SOINS DE SANTÉ, MAIS LA LEUR EST MENACÉE

C’est trop souvent armées d’une protection insuffisante que les femmes, qui représentent 70 % des travailleurs de la santé dans le monde, mènent la riposte contre la pandémie. Pendant ce temps, la COVID-19 compromet l’accès aux vivres, aux soins de santé et aux services de planification familiale pour les personnes de tous sexes, en particulier les femmes et les jeunes filles.

ELLES PRODIGUENT DES SOINS NON RÉMUNÉRÉS, MAIS LEURS EMPLOIS ONT ÉTÉ LES PREMIERS À DISPARAÎTRE

Les femmes fournissent l’essentiel des soins non rémunérés dans leur communauté. Ce labeur peu reconnu et sous-évalué n’a fait que s’accroître pendant la pandémie, ce qui équivaut à une double journée de travail pour celles qui ont conservé leur emploi. La majorité, toutefois, ont des occupations mal rémunérées et peu protégées qui ont été touchées de plein fouet par l’exacerbation de la crise économique mondiale.

ELLES SONT DES PILIERS DE LEUR COMMUNAUTÉ, MAIS ELLES REÇOIVENT DE MAIGRES RESSOURCES

Les associations dirigées par des femmes et les groupes de défense des droits des femmes sont les mieux placés pour opérer un changement dans leur communauté. Pourtant, encore aujourd’hui, ils reçoivent moins de 1 % du financement alloué à l’aide publique au développement. Ce manque à gagner trouve son origine dans les relents du colonialisme, le racisme systémique et la discrimination.

Elles sont aux premières lignes de la crise mondiale, mais elles sont reléguées au second plan.

Depuis 75 ans, CARE œuvre aux quatre coins du monde pour changer des vies, vaincre la pauvreté et instaurer la justice sociale. Guidés par les objectifs de développement durable des Nations unies, nous sommes en première ligne des crises humanitaires et nous attaquons aux causes sous-jacentes de la pauvreté pour induire un changement transformateur. Forts d’une main-d’œuvre d’envergure nationale et d’un solide réseau de partenaires locaux, nous avons des liens profonds et un poids réel dans plus d’une centaine de pays.

Mais en ce moment, une menace planétaire sans précédent plane sur notre vision d’un monde d’espoir, d’inclusion et de justice sociale, où la pauvreté appartient au passé et où tout le monde vit dans la sécurité et la dignité, sans égard à son sexe.

Il est grand temps d’agir. En suivant trois orientations stratégiques, nous allons poursuivre notre mission sans relâche… avant qu’il ne soit trop tard.

CARE CANADA ENTEND METTRE TOUTES SES RESSOURCES, SES COMPÉTENCES ET SON ENGAGEMENT AU SERVICE DU LEADERSHIP AU FÉMININ POUR UN AVENIR PLUS JUSTE POUR TOUTES ET TOUS

Parce que nous savons que le monde se porte mieux quand elles président aussi aux destinées. Dans les crises humanitaires comme dans la vie ordinaire, les femmes ont besoin d’être en sécurité, en santé et gratifiées d’un travail honorable.

Summary .Simu (28) is employed by CARE Bangladesh as a trainer for the Empowering Women Workers in Bangladesh, funded by Cotton On Group. Simu is based at the factory of Big Boss Corporation Ltd - a ready-made garment factory in Gazipur, Bangladesh. She is not married. Big Boss is one of three factories taking part in the two-year pilot project Empowering Women Workers in Bangladesh, funded by Cotton On Group.
Simu’s story in her own words
I live with my parents and my 24-year-old brother. I got my first job while I was completing my higher secondary certificate in 2008. I worked as a training facilitator for a children’s project with CARE Bangladesh. I worked with children and parents in the community and this gave me the confidence to work in the ready-made garment industry. I was very impressed with CARE and decided I wanted to contribute to making change in other people’s lives.  
I earned my Masters in Social Work in 2018. I have worked in ready-made garment factories since 2015. I worked at DBL Group as a trainer for a VISA Worldwide-funded project teaching financial literacy to women. In 2017, I worked in another factory teaching a women’s empowerment project funded by UN Women.
I have been working for CARE for three months as a trainer for the Empowering Women Workers in Bangladesh project. I teach two training sessions a day, six days a week. I start work at 10am to prepare for the first session which is from 11:30am to 1pm. The second session is from 2:30pm to 4pm. After that I prepare for the following day and take the bus to my home which is about one and a half hours away. I spend my free time in the evening with my family. 
As I am a woman, and I have my education and training, I want other women to be on the same path and get the life-skills to be leaders. I know that to empower women, men are equally important. My female training participants can learn how to support male employees at work, as well as at home. For example, women used to think

ASSURER LEUR SÉCURITÉ

Nous œuvrons à mettre sur pied des espaces protégés et des programmes qui préviennent et qui combattent la violence sexiste. Nous travaillons avec toutes les femmes et les jeunes filles pour qu’elles puissent s’affirmer et faire valoir leurs droits sans danger, avec les chefs religieux et communautaires, ainsi qu’avec les hommes et les garçons pour qu’ils deviennent des agents de changement. Enfin, nous œuvrons avec les groupes de femmes et les associations de défense des droits des femmes qui font évoluer le système.

VEILLER À LEUR SANTÉ

Nous aidons les femmes et les jeunes filles à prendre leurs propres décisions concernant leur corps et leur santé. Nous œuvrons en partenariat avec les communautés pour éliminer les obstacles aux soins de santé. Nous offrons, en collaboration avec les réseaux de santé, des services de santé sexuelle et reproductive pour répondre aux besoins des femmes dans le respect de leurs droits.

INVESTIR DANS LEUR GAGNE-PAIN

Les femmes ont droit à un travail intéressant, sûr et honorable; et pour protéger ce droit, nous les aidons à accéder aux compétences, aux connaissances et aux ressources dont elles ont besoin pour réussir en tant qu’entrepreneures, agricultrices et dirigeantes. Nous engageons le dialogue avec les collectivités pour pallier la répartition inégale des tâches ménagères tout en dénonçant les lois, politiques et systèmes discriminatoires de concert avec des partenaires locaux.

MOBILISER LES HOMMES ET LES GARÇONS

Nous protégerons les droits des femmes par notre travail d’aide et de développement humanitaires. Et nous nous acquitterons de cette mission avec la participation pleine et entière des hommes et des garçons. Quand ils se prononcent et agissent en faveur des droits des femmes, c’est une plus grande égalité entre les sexes qu’ils soutiennent.

POUR AVOIR DES RETOMBÉES CONCRÈTES, nous devons tout d’abord repenser la mise en œuvre de notre mission :

  1. Leadership local. Plus que de simples contrats, ce sont de véritables partenariats que nous allons conclure pour tirer parti du leadership local et rapprocher les ressources des résultats.
  2. Réseau mondial. Nous allons unir nos forces avec d’autres membres de CARE pour étendre la portée de nos solutions adaptées localement et dirigées localement.
  3. Puissance numérique. Nous allons exploiter la puissance de la technologie pour améliorer nos programmes et relayer nos retombées à nos partenaires et donateurs.

Nous devons ensuite encourager les canadiennes et canadiens à investir dans un avenir égalitaire pour toutes et tous :

  1. Haut et fort. Nous allons mettre nos valeurs au premier plan pour marteler notre engagement envers l’inclusion et l’autonomisation dans tout ce que nous entreprenons. Nous allons aussi mettre à l’honneur nos partenaires locaux et la générosité des Canadiennes et Canadiens qui les soutiennent.
  2. Innovation et partenariat. Nous allons mobiliser les investissements publics, privés et philanthropiques en établissant des partenariats axés sur les marchés et modèles de gestion locaux.
  3. Des ressources pour agir. Nous allons élargir la provenance de nos sources de financement pour maximiser le poids et la viabilité de nos actions tout en augmentant la proportion de nos ressources allouées aux partenaires locaux et communautaires.
  1. Enfin, nous devons nous transformer pour faire face à l’avenir :
    1. Diversité et inclusion. Nous allons bâtir une organisation diversifiée, équitable et inclusive qui a à cœur de lutter contre le racisme et qui reflète l’expérience vécue par les Canadiennes et Canadiens.
    2. Adaptation et développement durable. Nous allons fonder une organisation et une culture agiles qui valorisent l’expérimentation, la créativité et le développement durable.
    3. Préparation à l’avenir. Nous allons être un employeur de choix en nous concentrant moins sur notre lieu de travail et davantage sur l’objectif commun qui chapeaute tous nos efforts.
    4. Talent et expertise. Nous allons recruter, maintenir en poste et former des talents de tous les horizons pour cultiver les aptitudes et compétences nécessaires à notre réussite.
    5. Optimisation numérique Nous allons exploiter plus efficacement les données et outils connexes pour analyser, communiquer et faire connaître notre incidence.

Il ne fait aucun doute que la pandémie de COVID-19 continue d’avoir des effets dévastateurs sur les personnes, les populations et les nations. Pourtant, la crise représente une occasion unique de faire un pas en avant, et non de revenir en arrière. Nous comptons saisir cette occasion pour contribuer à l’édification d’un monde plus juste et équitable.

Le monde dans lequel nous voulons vivre est un monde où la discrimination et les privilèges ne dictent pas la quantité de nourriture que l’on mange, le sentiment de sécurité que l’on a ou la façon dont on assure sa subsistance et celle de sa famille.

Le monde dans lequel nous voulons vivre épouse réellement la diversité des personnes, peu importe le sexe, la race, le handicap, la religion, la classe et l’appartenance sociale ou politique.

Le leadership au féminin pour un avenir plus juste pour toutes et tous.

Parce que le monde se porte mieux quand elles président aussi aux destinées.