UKRAINE : QU’EMPORTERIEZ-VOUS SI VOUS DEVIEZ FUIR DANS L’URGENCE?

A young girl sitting on a bed, holding a stuffed animal cat.

Depuis l’escalade du conflit le 24 février dernier, plus de 13 millions de personnes ont dû quitter leur foyer en Ukraine. La plupart n’ont pu emporter que quelques produits de première nécessité et ont presque tout laissé derrière elles. Dans les périodes d’incertitude, de traumatisme et de peur, ce sont parfois de petits riens qui nous redonnent force et espoir, et particulièrement des objets du quotidien qui nous rappellent la maison.

Lire la suite

UKRAINE : « C’EST TERRIFIANT DE VOIR DES ROQUETTES FONCER DANS SA DIRECTION »

Maria and Bohdan standing shoulder to shoulder, smiling at the camera.

La guerre s’est intensifiée le 24 février – c’est-à-dire il y a environ six mois. Trois jours plus tard, les premiers volontaires avaient déjà pris la route pour évacuer deux familles de Kiev. Aujourd’hui, les missions ciblent les régions de Kharkiv, de Kherson, de Donetsk, de Dnipro, de Mykolaïv et d’Odessa – des zones extrêmement dangereuses où sévissent de violents combats.

Lire la suite

Guerre en Ukraine : les nouvelles du terrain après trois mois de conflit

Lydia is staying at a temporary shelter in Romania after leaving southern Ukraine. CARE’s partner SERA is donating clothes and other basic items to support the center. Phot by: Lucy Beck/CARE

Lorsque les combats ont éclaté en Ukraine le 24 février dernier, le drame humain s’annonçait inévitable. Depuis, des millions de civils ont dû quitter leur foyer; des infrastructures essentielles ont été anéanties; des villes entières se sont retrouvées sans nourriture, sans eau et sans électricité; et de nombreuses personnes ont perdu la vie.

Lire la suite

La sécheresse en Somalie pourrait forcer plus de 400 000 enfants à quitter l’école

Image of a global with text saying Press Release and CARE logo

La sécheresse qui ravage la Somalie menace la scolarité de 420 000 enfants, car elle détruit des moyens de subsistance et oblige des milliers d’enfants à lutter chaque jour pour se nourrir. De ce nombre, 189 000 jeunes filles sont menacées par des coutumes rétrogrades comme le mariage précoce et la mutilation génitale. Les 231 000 garçons risquent quant à eux d’être recrutés pour mener des activités dangereuses et illégales qui mettront en péril non seulement leur vie, mais aussi la sécurité du pays.

Lire la suite